Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Décryptage des symboles de Pâques

Oeufs de Pâques en chocolat
© Shutterstock
Partager

A Pâques, on fête la résurrection du Christ qui se traduit par la victoire de la lumière sur les ténèbres, le renouveau de la nature et la joie qui carillonne. Mais que viennent faire là poissons, lapins, poules, oeufs et cloches ?

Que l’on soit chrétien ou non, chacun célèbre Pâques à sa façon. C’est l’une des principales fêtes chrétiennes, et de nombreux pays ont apporté traditions et symboles qu’on adopte sans toujours connaître leur signification. Ce jour-là, on célèbre la résurrection du Christ, après sa crucifixion, le Vendredi saint et le « passage » vers la vie éternelle. Pâques porterait ce nom car selon les Évangiles, la mort du Christ aurait eu lieu pendant la fête juive de Pessa’h.

Focus sur les symboles associés à cette date, de l’oeuf à l’agneau en passant par la lumière, le lapin et la cloche, pour comprendre l’origine de chacun et son rapport à Pâques.

La lumière gagne sur les ténèbres

Pâques se fête le dimanche qui suit la première pleine lune de printemps. C’est aussi la fin du solstice d’hiver et le point à partir duquel le jour devient plus long que la nuit, la lumière est donc la marque la plus significative de cette fête. Lors des cérémonies religieuses de Pâques, la lumière est présente le soir de la vigile pascale avec le feu pascal, la procession de la lumière et l’allumage du cierge pascal, symbole du Christ ressuscité.

L’agneau, symbole de pureté et de bonté

C’est le plus ancien des symboles de Pâques. Le mieux partagé aussi puisqu’il est également sacrifié et dégusté par les Musulmans au moment de l’Aïd-el-Kebir, une quarantaine de jours après la fin du Ramadan. Pour les Juifs, il rappelle l’agneau sacrifié juste avant le passage de la mer Rouge par les familles fuyant l’Égypte sous la houlette de Moïse.

Dans la religion chrétienne, l’agneau symbolise les vertus d’innocence, de douceur et de bonté et la soumission à la volonté de Dieu, en référence au sacrifice d’Abraham qui était prêt à sacrifier son propre fils si Dieu l’exigeait. Dans l’Évangile selon Jean, Jean le Baptiste voit Jésus venant à lui et dit : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29). L’Apocalypse utilise 28 fois le mot « agneau » pour désigner le Christ.

En Alsace, on confectionne à Pâques un gâteau en forme d’agneau pascal, le « lamala » ou osterlämmele. Ce biscuit en forme d’agneau, saupoudré de sucre glace, symbole de pureté et d’innocence, est censé porter chance à ceux qui le mangent.

Lammele de Pâques
© Shutterstock

Les cloches carillonnent de joie

Les cloches des églises ont longtemps rythmé notre vie quotidienne. Si les paroisses sonnent encore les messes dominicales, voire les heures pour certaines, on ne les entend plus du Jeudi Saint au Samedi Saint, juste avant Pâques. Elles sonnent ensuite à toute volée, à l’aube de Pâques, pour annoncer la Résurrection du Christ et la joie pascale. La légende raconte qu’elles partent à Rome pour être bénies et qu’elles reviennent chargées d’œufs qu’elles sèment en chemin pour les enfants sages…

Les œufs, emblèmes de vie et de renaissance…

L’œuf semble avoir été l’emblème de la vie, de la fécondité et de la renaissance depuis toujours. On y associe aussi la poule et les poussins qui évoquent l’enfance et la maternité. Déjà les Perses s’offraient des œufs il y a 5 000 ans à l’approche du printemps. Marquant la fin du carême, période de privation alimentaire autrefois très respectée, les croyants se distribuaient les productions de leurs poules qu’ils avaient accumulées durant cette période.

© Shutterstock

Depuis le 13ème siècle, on a pris l’habitude de peindre les œufs en rouge en souvenir du sang du Christ. A partir de la Renaissance, les œufs de poule ont été remplacés dans les cours royales par des œufs en or ! Ce genre de précieux présents connaît son apogée au 19e à la cour de Russie avec les œufs du joaillier Fabergé.

Quant aux œufs en chocolat… ils sont très récents ! Le chocolat, friandise par excellence, apparut à la cour de Louis XIV et fut longtemps un met de luxe. On commença par couler du chocolat dans une coquille d’œuf vide au 18ème. Puis au 19ème siècle, leur fabrication fut simplifiée par le développement de moules en fer de différentes formes. Ne restait plus qu’à l’industrie à adopter cette tradition pour doper la consommation.

D’où viennent lièvre, lapin ou poisson ?

Si la tradition veut que ce soit les cloches qui ramènent les œufs dans les pays latins, ce sont les lapins blancs qui s’en chargent dans les pays germaniques ou les lièvres dans les pays anglo-saxons, car ils symbolisent le printemps, le renouveau et la fertilité. Dans ces pays, les enfants font de petits nids en espérant que les lapins les garnissent d’œufs de toutes sortes !

Parfois aussi ce sont les coucous ou les cigognes qui garnissent les nids comme en Alsace ou en Suisse. Quant au poisson, quoiqu’étant le symbole des premiers Chrétiens, il semble que ce soit les chocolatiers qui l’aient adopté, sans doute en référence au premier avril souvent proche des fêtes pascales, pour varier les formes des moules et les plaisirs chocolatés.

Enregistrer

Enregistrer

Tags:
Pâques
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]