Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Deux toiles volées de Van Gogh retrouvées chez un mafieux italien !

© MARIO LAPORTA / AFP
© MARIO LAPORTA / AFP
Partager

Un trafiquant de drogue amoureux de l’art ? Comme quoi, même les bandits ont du goût.

Volées il y a 14 ans au musée d’Amsterdam, deux toiles de Vincent Van Gogh vont enfin retrouver leurs cimaises ! À Amsterdam, on ne cache pas sa joie même si les toiles présentent quelques détériorations.

Un cambriolage (presque) parfait

Le 7 décembre 2002, deux cambrioleurs pénètrent au musée Van Gogh d’Amsterdam en escaladant le mur avec une échelle. Ils brisent une vitre puis descendent le long d’une corde pour s’emparer de deux toiles. Accidentellement, ils oublient leur chapeau à l’intérieur et grâce à l’ADN retrouvé, les cambrioleurs sont confondus et écopent de quatre ans de prison. Malheureusement les toiles de Van Gogh demeurent introuvables… La première toile, Vue de la mer de Scheveningen, a été réalisée en 1882. La seconde, Sortie de l’église de Nuenen, fut réalisée en 1884. Mafieux italien mais bon chrétien ?

Vue de la mer de Scheveningen, 1882 @ PUBLIC DOMAIN
Vue de la mer de Scheveningen, 1882 @ PUBLIC DOMAIN
Vue de la mer de Scheveningen, 1882 @ PUBLIC DOMAIN

Exceptionnelles, ces deux toiles sont estimées à 100 millions d’euros (Si les œuvres de Van Gogh se négocient aujourd’hui à prix d’or, rappelons que sur les 800 œuvres produites de son vivant, il a réussi à n’en vendre… qu’une seule !). La tempête sur la mer est l’une des deux seules vues que Van Gogh a peintes durant ses années néerlandaises. Quant à la Sortie de l’église de Nuenen, Van Gogh l’a réalisé pour sa mère en souvenir de son père qui y officiait comme pasteur. En 1885, après la mort de ce dernier, Van Gogh reprend la toile et y ajoute les paroissiens au premier plan où sont visibles des femmes habillées en tenue de deuil.

Sortie de l’église de Nuenen, 1884 © PUBLIC DOMAIN
Sortie de l’église de Nuenen, 1884 © PUBLIC DOMAIN
Sortie de l’église de Nuenen, 1884 © PUBLIC DOMAIN

Une découverte exceptionnelle

C’est dans une maison napolitaine, à Castellammare di Stabia, près de Pompéi, que les forces de la Guardia du Finanzia (police douanière et financière) ont retrouvé les deux tableaux. Le commanditaire de ce vol ? Raffaele Imperiale, membre éminent de la Camorra, la mafia napolitaine. Bien que présentant quelques dommages, les toiles avaient été emballées soigneusement dans des tissus en cotons avant d’être dissimulées.

« C’est une journée émouvante. Nous sommes plus que contents que les toiles aient été retrouvées », a déclaré le directeur du musée Van Gogh, Axel Rüger. Il a ajouté : « Pour nous, c’est un rêve de les avoir retrouvées et de pouvoir les rapporter à la maison. »

Un mafieux amoureux de l’art ?

Mais pourquoi un trafiquant de drogue conservait ces tableaux chez lui ? Pas vraiment pour l’amour de l’art malheureusement…Il s’agit avant tout d’une garantie financière. Posséder des toiles inestimables (et donc impossible à revendre sur le marché), permet aux bandits de négocier une réduction de peine en cas d’arrestation. Il s’agit également, parfois, d’une garantie financière pour certains malfrats qui souhaitent qu’on leur avance de l’argent pour acheter de la drogue ; les toiles sont alors utilisées comme dépôt.

L’enquête étant toujours en cours en Italie, on ignore pour le moment la date exacte de leur retour au musée.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]