Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Hommage à un serviteur des pauvres

© Les Pépites Le Film / Little gems The Film / Facebook
Partager

Christian des Pallières, fondateur de "Pour un sourire d’enfant", est décédé le 24 septembre dernier.

Un serviteur est arrivé au ciel.

Christian des Pallières, fondateur avec son épouse, Marie France, de l’association « Pour un sourire d’enfant », est retourné au Père samedi 24 septembre. Il était à Phnom Penh, entouré de ses enfants, sa famille du Cambodge bien-sûr, ces milliers d’enfants à qui il a rendu leur sourire mais aussi celle de France.

Fort d’une vie bien remplie, Christian n’a jamais cessé de rêver. Même à la retraite, à l’âge où nombre d’entre nous voient venir les jours sereins, il n’a pas hésité à se mettre en danger pour le sourire des enfants de la décharge de Phnom Penh. Il n’a pas hésité à tout risquer de nouveau. Repartir de rien pour créer quelque chose de magnifique. Il faut voir l’école de PSE à Phnom Penh, ce havre de paix et de joie, habité d’une jeunesse pleine de vie pour comprendre toute la fécondité de Christian et Marie-France.

Un drame et une prise de conscience 

Mais avant la réussite, il y eu d’abord le drame et la prise de conscience. Drame de découvrir, sur la décharge de Phnom Penh des centaines d’enfants travaillant parfois au risque de leur vie pour un dollar par jour. Drame des familles éclatées, où la violence prend le pas sur les caresses. Drame d’une société qui se détourne de ce spectacle révoltant. La prise de conscience a débouchée sur une aventure exceptionnelle qui a commencé par quelques bols de riz au bord de la décharge et une infirmerie où « papy » et « mamy » soignent autant qu’ils consolent.

Le rêve aurait pu s’arrêter là mais il semble que ce n’était pas dans la nature de Christian et Marie-France de se retenir dans le don. L’œuvre a grandi à mesure que le couple écumait les routes de France pour parler de leurs petits chiffonniers. Un pont de plus de solidarité et d’amour s’est construit entre le Cambodge et la France.

Christian et Marie-France sont des compagnons de route d’Enfants du Mékong. Nous travaillons ensemble depuis longtemps pour aider et soutenir les enfants du Cambodge. Nous partageons la même préférence pour les plus pauvres, les innocents, les démunis, les solitaires. Ces liens du terrain, ces amitiés construites dans le service sont les plus fortes. Aujourd’hui nous pleurons nous aussi notre « papy » Christian. Nous rions aussi avec tous ceux qui savent qu’il a déjà rejoint ses enfants partis avant lui et qu’il continue de faire du bien à la mesure de son cœur. Immense.

www.enfantsdumekong.com

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.