Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le calvaire des filles de mère Teresa au Yémen

© DIBYANGSHU SARKAR/AFP/Getty Images)
Des soeurs indiennes de l'ordre catholique des Missionnaires de la Charité, assistant à la messe pour commémorer le 105e anniversaire de Mère Teresa, il y a un an. © DIBYANGSHU SARKAR/AFP/Getty Images)
Partager

Vicaire apostolique d'Arabie révèle les souffrances des religieuses, six mois après l’attaque contre leur couvent à Aden.

Pour rien au monde Mgr Paul Hinder n’aurait manqué la canonisation de Mère Teresa, dimanche à Rome. Ne serait-ce que pour rendre hommage, à travers elle, aux quatre sœurs de la Charité – Anselme, Marguerite, Réginette et Judith, tuées le 4 mars dernier dans l’attaque de leur couvent par des hommes de « Daesh ». Couvent toujours sans nouvelles du père salésien, Tom Uzhunnalil, 56 ans, l’aumônier, qui se trouvait dans la chapelle pendant les faits et a été enlevé par les djihadistes.

Mgr Paul Hinder a profité du congrès Mère Teresa. Miséricorde pour l’Asie et pour le monde, organisé à Rome par l’agence AsiaNews en marge du grand événement pour faire un point sur la situation des missionnaires de la charité toujours présentes au Yémen mais en nombre réduit. Le Yémen « un pays en guerre où personne n’est en sécurité, où sept millions de personnes meurent de faim, chrétiens et musulmans sans distinction », a précisé d’emblée le vicaire apostolique pour l’Arabie du sud.

Avant le terrible assaut des djihadistes qui a coûté la vie aux quatre religieuses et douze autres personnes, les missionnaires de la charité comptaient quatre communautés. Aujourd’hui elles ne sont plus que deux, à Sanaa et Hodeïda. La communauté de Taïz a du quitter les lieux car « elle se trouvait au milieu des deux parties en guerre », a rapporté Mgr Hinder, et ont du partir s’installer à Sanaa avec les personnes qui bénéficiaient de leur assistance ». Mais là aussi les conditions restent difficiles, et « l’impossibilité de faire entrer un prêtre et d’autres religieuses » ne fait qu’aggraver leur situation de souffrance. Le seul prêtre encore sur place était le père Tom, enlevé le jour de l’attaque. « Nous ignorons même s’il est encore vivant », a souligné le vicaire. Un prêtre serait près à partir mais  attendrait toujours un visa « qu’on ne lui donne pas », a-t-il souligné,  et l’aéroport de Sanaa « est inaccessible », faisant vivre aux religieuses « une situation où, depuis des mois, elles ne reçoivent plus l’Eucharistie ». Mgr Hinder a rappelé à ce propos que pour ouvrir une nouvelle maison – voire dans les zones les plus menacées – Mère Teresa imposait comme unique condition la présence d’un prêtre. Sachant que les missionnaires de la charité commencent toujours leur journée par une adoration eucharistique, « on peut imaginer leur souffrance ! », a-t-il commenté.

Autre détail révélé par le vicaire apostolique : Sally, la religieuse qui a réussi à échappé au massacre du couvent à Aden, lui a exprimé très vite son intention de revenir au Yémen, manifestant un « zèle » qui, selon lui, reflète le « virus » que leur a transmis Mère Teresa, leur fondatrice. Mgr Hinder a enfin fait savoir que c’est un chrétien sur place qui  » a bravé le risque » d’enterrer les religieuses assassinées. Il espère pouvoir se rendre sur place un jour pour « célébrer les rites funèbres et élever un sanctuaire sur leurs tombes ».

Article traduit et adapté par Isabelle Cousturié

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.