Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Sootoro, unité de combat chrétienne syrienne

AFP
Partager

Le 15 mars 2013, une milice chrétienne s’est levée dans la région de la Djezihré (Nord-Est de la Syrie).

Le 15 mars 2013, inquiets des répercussions de l’État islamique (EI), les chrétiens syriens décident de mettre en commun leurs armes et de fonder la milice Sotoro. Très rapidement, les Kurdes voient d’un mauvais œil ce rassemblement et leur demandent de les rejoindre pour former un seul et même groupe. Les chrétiens peuvent ainsi bénéficier d’importants financements kurdes et d’un meilleur salaire. Or, cet appel révélant une domination kurde n’est pas bien accueilli et provoque une scission : Sutoro, milice pro-kurde et Sootoro, milice pro-gouvernement.

Protecteur de la population

Dans une démarche patriotique et nationaliste, appuyée par l’Église et les populations locales, Sootoro se pose en protecteur de la population. Elle empêche les groupes rebelles de l’État islamique d’entrer dans la région et aux kurdes d’investir les quartiers chrétiens.

La branche militaire, Gozarto Protection Forces (GPF) intervient comme une armée. En juin 2015, elle est partie combattre l’EI à Hassakeh. En novembre 2015 c’est à Sadad qu’elle est intervenue et elle s’est récemment déployée à Qamishli où de fréquents attentats frappent les civils.

Les miliciens peuvent mener leurs raids grâce aux donations de l’Église syriaque et de quelques groupes indépendants français, belges, suédois et allemands. De l’argent frais qui permet de financer la logistique et de verser une solde aux 300 soldats du groupe.

Certains volontaires ont à peine 16 ans

Pour appartenir à cette milice, tout jeune homme, âgé de plus de 16 ans, doit recueillir l’avis favorable de sa famille. À la suite d’examens de capacités intellectuelles ou de résistance physique et psychologique, le jeune homme est affecté dans la police ou la milice GPF.

Les membres de cette milice sont tous chrétiens (chaldéens, syriaques, melkites, etc). De nombreux chrétiens arméniens d’Alep les ont rejoint car leur Église refuse de soutenir une milice. Face aux nombreuses demandes d’incorporation d’éléments étrangers, Sargon Ibrahim, fondateur et leader de la milice, tranche net : « On leur demande de ne pas venir car nous n’avons pas besoin d’eux. Notre but premier n’est pas d’aller combattre. Notre but premier est de protéger notre village… Les habitants d’ici nous suffisent. Nous ne voulons pas d’étrangers car cela changera notre politique. On sait que si demain nous avons besoin d’aide, des personnes viendront combattre à nos côtés ».