Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconÉglise
line break icon

Je ne veux plus souffrir en silence

Rosemary Battle - Publié le 31/05/16

Et j’ai décidé d’être honnête sur ce que je ressentais pendant ma période de discernement.

Au cours d’une retraite en novembre dernier, lors d’un partage en petit groupe, le responsable nous a demandé de nous exprimer sur notre relation à Dieu. Chacun parlait à tour de rôle, puis est venu mon tour. Pour la première fois, j’ai décidé d’être honnête sur ce que je ressentais : « Je pense que j’ai le problème inverse par rapport à la plupart d’entre vous. En ce qui me concerne, Dieu n’a pas l’air distant du tout. J’ai même plutôt le sentiment qu’Il ne me laisse pas tranquille. »

Je me suis inscrite à l’université pour étudier les sciences de l’éducation, et cela me passionne vraiment. Cependant, il peut être impossible de se focaliser sur une passion quand quelqu’un vient en permanence frapper à la porte. Et si ce quelqu’un c’était Dieu…

En premier lieu, les études

Peut-être que ce que je vais vous dire va vous sembler égoïste, mais j’ai vraiment envie d’ouvrir la porte. Depuis que j’ai 8 ans, je me pose des questions sur une éventuelle vocation religieuse et j’ai enfin un âge suffisant pour que la plupart des communautés m’autorisent à venir les voir. Mais il faut que je garde les pieds sur Terre. Tant que Dieu ne m’a pas indiqué le chemin vers un ordre en particulier, il faut que je me concentre sur l’instant présent. Il faut que je fasse des études. Et je sais que ce n’est pas moi qui place d’autres aspirations avant Dieu. Mon curé, mes parents, mes frères et sœurs, mon directeur des vocations, et toutes les sœurs que j’ai rencontrées au cours des deux dernières années m’ont dit la même chose. Je dois me concentrer sur mes études.

Mais être consciente de cela, savoir que c’est la volonté de Dieu pour moi, ne diminue pas la force de l’appel et n’apaise en rien mon âme. C’est paradoxal : à la fois je Le sens frapper à ma porte, me courtiser, si vous voulez, et en même temps, Il insiste pour que je prenne mon temps avant de Lui donner ma vie.

Je suppose que c’est un paradoxe auquel les couples sont souvent confrontés : devoir se concentrer sur cette fichue vie quotidienne, quand la promesse d’une vie en communion attend à l’horizon.

Un combat intérieur

Parfois, je ressens un tel désir dans mon cœur que je ne peux pas faire mes devoirs. Ou alors, je réalise soudain à quel point mon union totale à Dieu est encore loin et je ne peux pas retenir mes larmes. Je suis très souvent fâchée contre Dieu car je me sens abandonnée, et j’ai l’impression que personne ne comprend mon combat intérieur.

Évidemment, en parler à la retraite n’a pas résolu le problème, la situation s’est même aggravée. La plupart des gens du groupe étaient très surpris. Ils étaient loin de penser que j’avais des soucis, encore moins de ce genre.

Mais ils m’ont aussi dit qu’ils aimeraient davantage Dieu. Et voir que j’étais prête à attendre malgré la souffrance que c’était pour moi était pour eux une source d’inspiration. Des personnes ayant des problèmes tout à fait différents des miens ont pu retirer un bénéfice de mon expérience.

Partager son expérience aux autres

Je sais bien que je ne suis pas « un cas », mais si le fait de partager mon expérience permet à d’autres d’approfondir leur foi, je devrais peut-être le faire plus souvent. Nous devrions tous partager nos épreuves de la vie. Cette expérience pendant ma retraite m’a appris que ce n’est pas parce que Dieu nous donne à chacun notre lot de fardeaux à porter qu’il faut les porter dans le noir. Parfois, il est bon que les autres voient nos problèmes. Un jour j’ai entendu dire que dans la souffrance, on se rapproche de Dieu. Parfois, c’est bien de montrer à quel point nous marchons dans ses pas.

Je suis bien consciente que ma croix est loin d’être la plus lourde. Mais quel que soit le poids de la croix que nous portons, nous n’avons pas idée de l’impact que nous avons sur les autres. Alors ne pensez jamais que vous êtes destinés à porter votre croix tout seuls.

Tags:
religionsuniversitévocation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement