Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Aux États-Unis, l’Utah impose l’anesthésie du bébé avant tout avortement

© Phil Jones/SHUTTERSTOCK
Partager

En effet, 20 semaines après sa conception, le foetus pourrait ressentir la douleur.

La question de l’avortement fait un retour en force aux États-Unis. Selon le Guttmacher Institute, organisme pro-avortement mais dont les études font référence, les États américains ont adopté de 2011 à 2014 pas moins de 231 législations restreignant les conditions de mis en œuvre de l’IVG. Ceci, alors que le nombre d’États hostiles à l’avortement est passé de treize en l’an 2000 à 27 en 2014.

Le cas de l’Utah

« Aux États-Unis, grâce à Dieu, il y a encore des gens qui considèrent l’avortement comme une véritable condamnation à mort. Et si la peine de mort est administrée sous anesthésie, pourquoi ne pas l’appliquer avec un enfant innocent dans le ventre de la mère ? » publiait le journal italien Notizie pro-vita en avril dernier.

L’État conservateur de l’Utah a bien reçu le message, lui qui devient le premier des États-Unis à exiger par la loi l’anesthésie des enfants qui seront avortés après la 20e semaine. Avant cette réglementation, les femmes choisissaient si elles voulaient ou non subir une anesthésie générale. Le gouverneur de l’Utah, Gary Herbert, ouvertement pro-vie, a signé le 28 mars dernier une nouvelle loi exigeant des cliniques et hôpitaux d’anesthésier les bébés qui seront avortés. La proposition prescrit d’ « éliminer ou de soulager la douleur organique du fœtus » et prévoit des exceptions : risque pour la vie de la mère et les cas où le bébé ne survivrait pas hors de l’utérus ». Le gouverneur s’affirme radicalement « pro-vie » et veut « diminuer toute douleur susceptible d’être causée au fœtus », a déclaré un porte-parole dans un communiqué (Life News, 29 mars).

Les chercheurs ne sont toutefois pas parvenus à trouver un consensus sur la question de la douleur ressentie par les enfants à naître. Quand le cerveau humain est-il suffisamment formé pour montrer le moindre signe de conscience ? À quel stade les connexions entre la périphérie et le cortex – à l’origine du sentiment la douleur selon la plupart des spécialistes en neurosciences – sont-elles établies ? Dès 20 semaines de gestation pour les uns, pas avant 24 semaines pour les autres.

À compter de 28 semaines, le professeur Lorenzo Fabrizi, de l’université de Londres et son équipe, sont en tout cas parvenus à démontrer, au terme de travaux menés sur des enfants nés grands prématurés « l’existence d’une signature neuronale spécifique, apparaissant après la stimulation douloureuse, et qui se différenciait nettement du signal obtenu dans le cas d’un toucher non douloureux », comme le résume le neuropsychologue Edouard Gentaz.

Premier pas vers l’abolition de l’avortement ?

Selon le sénateur Curt Bramble, qui a promu la mesure, l’Utah protège contre la souffrance et, si cela dépendait de lui, il aurait interdit l’avortement complètement, mais la nouvelle mesure constitue en tout cas un pas dans cette direction. Chaque année, les États-Unis enregistrent plus de 18 000 avortements considérés comme « très tardifs ».

Les pro-vie partagés

Chez les pro-vie, la mesure n’émeut pas beaucoup dans la mesure où essayer de rendre l’avortement plus « humain » et « acceptable » n’élude la question principale : l’éradication d’une vie à naître. Pour certains, si l’avortement reste légal, le fait d’épargner à l’enfant de souffrir constitue un net progrès.

Les pro-choix déterminés

Le Planning familial américain, favorable à l’avortement et impliqué dans un scandale de trafic d’organes de bébés avortés, s’oppose à la loi au motif qu’une “opinion politique” vient s’immiscer dans une “décision médicale privée”. En outre, l’organisation a contesté le « ressenti » de la douleur, à ce stade de leur vie, chez les fœtus. Le porte-parole du Secrétariat à la Santé de l’Utah, Tom Hudachko, a déclaré que la nouvelle mesure n’était pas encore chiffrée ni budgétée à l’heure actuelle.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]