Aleteia

Abbatiale Saint-Ouen de Rouen : l’histoire de ses trois cloches

Abbatiale Saint-Ouen de Rouen © Frédéric Bisson
Partager
Commenter

À l'occasion de la Journée du Clocher 2016, il est essentiel de faire un tour d'horizon du patrimoine français. Alors en route !

C’est en 750 qu’est fondée l’abbaye de Saint-Ouen, sur l’emplacement d’une basilique funéraire mérovingienne où Dadon (c’est à dire Saint-Ouen), évêque de Rouen, avait été enseveli en 684. En effet, peu après l’introduction à Rouen de la règle de Saint-Benoît, tournée vers la prière, le travail et la vie fraternelle pour les moines, une abbaye fut construite. Toutefois, les invasions barbares qui commencèrent à Rouen en 841 par le pillage de la ville et de sa cathédrale, firent fuir les frères qui occupaient l’abbaye depuis moins d’un siècle.

Dès le XIe siècle, de riches ducs de Normandie participèrent à la reconstruction de bâtiments monastiques permettant d’accueillir de nouveaux moines. Dès lors, l’abbaye devint l’un des monastères bénédictins les plus puissants et riches de Normandie.

En 1318 débutèrent les travaux de construction d’une église au style gothique, commanditée par l’abbé Jean Roussel dit « Marc d’Argent » : l’église de Saint-Ouen. Mais la guerre de Cent ans ralentit considérablement le chantier, qui prendra fin deux siècles plus tard, en 1549, avec une façade inachevée. L’abbaye fut reprise par des moines mauristes jusqu’à la Révolution, où ces derniers furent chassés en 1790 pour que l’abbatiale soit transformée en atelier de forge pour la fabrication d’armes. Ce ne sera qu’en 1801 qu’elle sera rendue à l’Église.

Enfin, c’est au XIXe siècle que de grands travaux furent entrepris par l’Hôtel de Ville pour reconstruire la façade, divisant la population à cause de ses portails trop massifs et de ses tours trop hautes cachant la tour centrale de l’abbatiale de style gothique flamboyant.

Le clocher et ses cloches

À l’aube de la Révolution, le beffroi contenait 8 cloches. Elle n’en laissa que la plus grosse qui servait de timbre d’horloge. Cette cloche de 4 tonnes environ s’appelle Saint-Ouen et a été fondue en 1701. À la reprise du culte, au début du XIXe, elle fut rejointe par Marie qui fut la plus forte des 10 cloches de l’abbaye de Jumièges. Marie date de 1651 et pèse 3000 kg. Pour compléter la sonnerie et constituer ainsi une tierce LA SI DO, une 3ème cloche de 2135 kg, Julie Marcelle, a été ajoutée en 1887. Ces trois cloches étaient activées au pied par une équipe de douze sonneurs jusqu’à l’électrification en 1952.

La Journée du Clocher

Afin de rencontrer les cloches Saint-Ouen, Marie et Julie Marcelle de l’Abbatiale de Saint-Ouen, un événement a été spécialement mis en place pour visiter toute la richesse des clochers de France : La Journée du Clocher.

Se tenant le lundi 16 mai 2016 (lundi de Pentecôte) dans cinq départements en France (Ardennes, Côte-d’Or, Essonne, Loir-et-Cher et Seine-Maritime), la Journée du Clocher a pour ambition de faire découvrir aux visiteurs plus de cent lieux inédits et secrets : les clochers des édifices religieux.

La Journée du Clocher a besoin de vous pour faire rayonner le patrimoine religieux de notre pays. Une campagne de financement participatif de don a été mise en en ligne pour rendre possible ce bel événement, en partenariat avec la plateforme de crowdfunding Dartagnans, apportez votre cloche à l’édifice !

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]