Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Allez, salut Dieu, je ne T’aime pas »

Karol Franks CC
Partager

Que fait un catholique non pratiquant glissant vers l'athéisme quand il veut prouver que Dieu n’existe pas ?

Vous demandez-vous parfois si Dieu existe vraiment ? Qu’est-ce qu’une religion, qu’est-ce que la foi ? Après tout, il est tout à fait possible d’adopter sa propre religion rien qu’à soi, une forme de « religion » sans Dieu : en créant un club, en œuvrant pour la planète ou l’humanité, en créant ses propres règles, ses sacrements et ses pénitences… Désignez une autorité suprême et voilà, vous l’avez, votre religion. L’Histoire est remplie de faux dieux inventés pour contrôler ou apaiser les masses. Pourquoi Jésus Christ serait le seul vrai Dieu ? Comment en être sûr ?

Ces questions sont effrayantes, surtout pour ceux qui disent croire mais que taraude le doute. Plus encore pour ceux qui pratiquent la foi uniquement par tradition familiale ou culturelle. Mais une religion est-elle la vraie si l’on croit par peur ou parce que l’on a trop peur de ne pas croire ?

Savez-vous qui n’a pas peur de ce genre de questions ? Les non-croyants. Je le sais parce que je n’ai jamais eu peur de me poser des questions. J’étais curieux et je n’avais pas peur.

La grande question est devenue peu à peu plus importante à mes yeux et delà un peu plus effrayante à mesure que j’ai progressé dans ma foi. Tout cela a commencé y a quelques années, quand j’ai envisagé de « gaspiller de l’argent » pour inscrire mes enfants dans une école catholique. Aspects économiques mis à part, qu’allais-je bien pouvoir répondre à mes enfants – moi qui ne croyais en aucun dieu – quand les questions allaient commencer à fuser ? Allais-je devoir mentir ? Ou fuir ?

Une présence qui submergeait mes sens si intensément que j’ai cru m’évanouir

En tant qu’ex-catholique-devenu-athée, je connaissais assez les basiques de la foi chrétienne pour savoir que si Dieu existe j’étais bon pour l’enfer de toute façon, mais je ne pouvais pas me résoudre à mentir. Donc, dans l’hypothèse d’une question de leur part, je me devais bien de leur donner une réponse. J’étais certain d’une seule chose : je n’aimais pas Dieu. Je doutais aussi de son existence mais, en tout état de cause, je ne l’aimais pas. Il me fallait dès lors devenir certain de Son existence ou non. Vu qu’il est insensé de ne pas aimer ce qui n’existe pas.

J’ai donc essayé de prouver que Dieu n’existe pas en allant tous les jours à la messe. Je répétais : « Salut Dieu, Tu sais que je ne T’aime pas et cela n’a aucune importance car Tu n’existes probablement pas, mais je suis là. Amen ». J’ai continué ainsi pendant plus de 80 jours jusqu’au moment quelque chose se passa…

Dieu m’a touché. Je répétais mon habituel : « Si tu es là je ne T’aime pas » et… tout changea. J’ai senti une présence qui submergeait mes sens et j’ai ressenti l’amour, la joie, la paix si intensément que j’ai cru m’évanouir. Je suis sorti chancelant de l’église sans savoir quoi faire. Je suis photographe, habitué à scruter le monde et pourtant le monde me semblait différent. Dieu existe ! C’était comme passer d’une vie en noir et blanc à une vie en Technicolor.

Si vous croyez en Dieu mais que parfois vous doutez, dites-le Lui

J’écris ces mots à l’arrière d’un bus, de retour de Macheronte* en Jordanie et maintenant je comprends pourquoi le sable du Moyen-Orient est tâché du sang de ceux qui préfèrent sacrifier leur vie plutôt que de renier Dieu. Cette rencontre vous change à jamais. Alors voici mon conseil : si vous ne croyez pas en Dieu, cherchez-Le. Mettez tout de côté un instant et cherchez-Le vraiment. Pas besoin d’en parler à vos amis athées ou agnostiques. Vous le devez à vous-même car si vous trouvez le Christ, vous connaîtrez la joie. À ce moment-là seulement, vous pourrez en parler à vos amis.

Et si vous croyez en Dieu mais que parfois vous doutez, dites-le Lui. C’est normal, persévérez. La vie de la foi est faite de hauts et de bas, croyez-moi. Mais Il se révèlera à vous quand vous en aurez vraiment besoin. Ce jour-là, à la messe, j’ai appris que Dieu est réel, et qu’il n’y a rien de plus important que de passer du temps avec Lui et Le servir du mieux que l’on peut. Ah, au fait : salut, Dieu ! Je sais que Tu es là et je T’aime.

 

* Selon la Tradition, saint Jean-Baptiste a été emprisonné et exécuté dans la forteresse Macheronte.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]