Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Que neuf portes s’ouvrent !

Ouverture de la Porte Sainte de l'église de Taiyuan
Ouverture de la Porte Sainte de l'église de Taiyuan
Partager

Dans la ville de Taiyuan, des dizaines de milliers de pèlerins se pressent pour célébrer l’Année de la Miséricorde. La neuvième Porte sainte chinoise sera ouverte le samedi 23 janvier.

Taiyuan possède une communauté chrétienne ancienne, bâtie sur le sang des 44 martyrs de Taiyuan : ces chrétiens massacrés en 1900 ont été canonisés par le pape Jean Paul II en 2000. Outre les 44 chrétiens martyrisés à Taiyuan, environ 2 000 de leurs coreligionnaires ont été tués dans toute la province du Shanxi en 1900. Sur place, ils suscitent une ferveur intacte, dans la communauté chrétienne de la ville qui compte 100 000 fidèles, 61 prêtres et 30 sœurs.

Malgré un froid mordant, des dizaines de milliers de pèlerins participent aux ouvertures des Portes saintes, qui s’étalent du 13 décembre 2015 au 2 février 2016. Taiyuan, ville du cœur de la Chine, est la capitale de la province du Shanxi. Bâtie à 1 700 m d’altitude, le froid y descendait à moins 16°C lors de la dernière cérémonie, le 16 janvier dans l’église de Dieu-Tout-Puissant de Nanshe.

« Que l’année de la Miséricorde nous apporte des conversions »

L’évêque de la ville, Mgr Meng Ningyou, ne craint pas d’appeler publiquement à ce que l’Année de la Miséricorde apporte des conversions. Un sujet dangereux dans une Chine qui conserve une grande réticence à l’égard des religions, soupçonnées d’être au service d’éléments étrangers et hostiles au Parti communiste chinois. Mais l’évêque prend soin de préciser qu’il s’agit de toutes les conversions, et en particulier celle des chrétiens eux-mêmes.

Une foi vive dans l’adversité

Les chrétiens subissent fortement dans cette région la pression du Parti communiste. À Linfen, un entrepreneur qui transforme son usine de chaussures en église pour Noël et Pâques a été attaqué le 13 septembre 2015, ainsi que plusieurs membres de sa communauté. Mgr Meng Ningyon est d’autant plus touché de voir l’affluence des fidèles, bravant les vents glaciaux et les risques que comportent pour eux la pratique de leur religion. Lors de ces cérémonies, il les a encouragés à poser une série d’actes concrets pour prendre soin de leurs prochains : « Que nous nous occupions de nos parents et grands-parents, de nos voisins et de ceux qui sont dans le besoin, guidés par la lumière des saints martyrs de notre diocèse ».

Il a aussi demandé aux paroissiens de donner leur sang, car en hiver, le nombre de donateur chute dangereusement. Ce dernier encouragement au civisme est certainement sincère, mais il permet aussi à l’évêque de soigner l’image de sa communauté à l’égard des autorités : depuis que le don du sang est devenu gratuit en Chine, le pays est menacé de pénurie. Avec cet encouragement, l’évêque démontre que les chrétiens ne sont pas des « agents de l’étranger » mais bien des citoyens soucieux du bien commun. On leur recommanderait tout de même de donner leur sang après la cérémonie de la prochaine ouverture de Porte sainte. Ce samedi 23 janvier, celle de l’église Saint-Antoine de Xiliulin sera ouverte par un froid qui devrait dépasser les -20°C…

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]