Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Hygge » et « gemütlichkeit » ! Ou comment survivre à l’hiver…

© Squarciomomo / Shutterstock
Partager

L’art de vivre à la danoise est à l’honneur sur Aleteia !

En dépit de mon aversion au froid, je ne peux m’empêcher d’être nostalgique lorsque je repense aux hivers de mon enfance en Nouvelle-Écosse au Canada, des souvenirs qui me renvoient au concept danois du « hygge ».

Prononcez « h-u-gheh ». Ce mot d’origine norvégienne, difficilement traduisible en français, évoque le bien-être que procure une ambiance conviviale et intime, un confort douillet.

On assimilera le hygge à une expérience et à une sensation plutôt qu’à une action ou à une activité. Pour faire simple, remémorez-vous les sensations que procurent, pendant la période de Noël, les jolies lumières, le temps passé en famille et entre amis ainsi que les célébrations et plats traditionnels de cette période festive. C’est exactement ça, le hygge.

En Allemagne, l’équivalent serait le « gemütlichkeit », qui évoque une sensation de confort douillet, de sérénité et détente. Constanze, qui tient un blog sur la langue allemande, écrit à ce propos :

Un fauteuil confortable dans un café pourrait être considéré comme cosy. Mais ajoutez-y vos amis les plus proches, une tasse de thé bien chaud, avec en fond une musique douce : vous avez là une scène parfaite de ‘gemütlichkeit’. D’aucuns avancent que les marchés de Noël de Munich ont une atmosphère haute en gemütlichkeit. Mais on peut tout à fait en faire l’expérience seul aussi. Une autre signification, moins répandue, renvoie au confort d’une vie aisée. En bref, il évoque le confort d’une atmosphère ou d’une situation plutôt que le confort lié à des objets. Sa définition est très vaste !

Pourquoi donc les Américains n’ont-ils pas eux aussi leur hygge ou gemütlichkeit ? Peut-être en raison de la précipitation qui caractérise notre culture. Or, vous l’aurez compris, ces concepts impliquent de prendre son temps.

Lorsque je pense à ces hivers en Nouvelle-Écosse, je me souviens que la météo ralentissait notre rythme, ce qui nous aidait à apprécier les plaisirs les plus simples : le feu au coin de la cheminée, la tasse de thé et avec des biscuits fait-maison, la visite de voisins. L’un dans l’autre, ces éléments participent tous d’un sentiment de confort, d’appartenance à un lieu, à une communauté.

Peut-être tout ceci est-il plus du ressort de la vie à la campagne, mais pas seulement, loin de là. La ville peut également s’y prêter.

Je me souviens d’un voyage à New York au cours duquel je me suis retrouvée coincée dans un café en pleine tempête de neige. Assise face à mon chaï latte, avec un croissant fait maison, échangeant avec d’autres clients qui se réfugiaient à l’intérieur, observant les passants se saluer d’un sourire, j’ai retrouvé le même sentiment d’unité, de chaleur, d’appartenance.

L’hiver offre une formidable opportunité de prendre le temps pour créer des moments qui donnent du baume au cœur et à l’âme. Les concepts tels que le hygge ou le gemütlichkeit trouvent au final leurs racines dans des pratiques qui nous sont déjà familières : hospitalité, convivialité, repos et renouvellement.

Et si vous vous demandez encore pourquoi il conviendrait de s’inspirer des danois pour affronter l’hiver, ou toute autre saison, je rappelle que le Danemark a été classé comme le pays le plus heureux en 2013 (il se classe à la 3e place en 2015) selon le Rapport mondial sur le bonheur des Nations unies, qui est un classement mondial des pays selon différents mesures du bien-être. Par comparaison, la France se classe à la 23e place (derrière des pays plus froids tels que la Norvège, la Suisse, les Pays-Bas, la Suède, et le Canada).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]