Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconTribunes
line break icon

Arrêtez de claironner votre indifférence !

Des passants se prennent en selfie devant les fleurs déposées au pied du visage de David Bowie peint sur un mur de Brixton (Sud de Londres) © JUSTIN TALLIS / AFP

People take a selfie photograph by floral tributes in front of a mural of British singer David Bowie, painted by Australian street artist James Cochran, aka Jimmy C, in Brixton, south London, on January 13, 2016 two days after the announcement of Bowie's death. Music legend David Bowie was famously private during his lifetime -- and in death, as a string of questions about the circumstances of his passing remained unanswered. His official social media accounts had announced the shock news of his death at 69 on January 11, 2016: "David Bowie died peacefully today surrounded by his family after a courageous 18-month battle with cancer," adding a request for privacy for the grieving family. AFP PHOTO / JUSTIN TALLIS -- RESTRICTED TO EDITORIAL USE, MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION, TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION / AFP / JUSTIN TALLIS

Simcha Fisher - Publié le 14/01/16

La mode actuelle est de manifester haut et fort son rejet de toute opinion à tout bout de champ. Vivement qu’elle prenne fin !

Après les attentats de Paris en novembre, de nombreux utilisateurs sur Facebook ont recouvert leur photo de profil du drapeau français. J’étais bouleversée pour toutes les victimes, mais je ne l’ai pas fait. Je me suis en effet demandée si j’étais plus, moins ou aussi triste que lors d’autres attaques, et si je ne devrais pas changer ma photo pour rendre hommage aux morts d’autres massacres.

J’ai eu honte d’avoir ce genre de pensées et j’ai préféré ne rien faire.

Cependant, je n’ai pas insulté ceux qui arboraient des drapeaux français.

Parmi mes amis qui avaient ajouté le drapeau français, certains avaient agi, sans aucun doute, sous la pression sociale : tout le monde le fait, donc moi aussi. D’autres voulaient indéniablement montrer à quel point ils sont de bonnes personnes et dire au monde : « Regardez, je réagis à cette crise de façon politiquement et émotionnellement correcte ». Et d’autres encore se sentaient certainement attristés et en colère et voulaient faire quelque chose, et changer leur photo de profil était ce quelque chose.

On devrait pouvoir montrer son chagrin. Personne n’est obligé de participer, mais considérer que la peine des autres est sincère et s’abstenir de critiquer ceux qui affichent publiquement leur tristesse est une marque d’humanité.

Quand David Bowie est mort, beaucoup d’auteurs (dont moi) ont souhaité s’exprimer.

Une ou deux heures plus tard, certains s’insurgeaient déjà contre l’hypocrisie et le comportement moutonnier des réactions. D’aucuns ont immédiatement ressenti le besoin déclarer au monde entier qu’ils se moquaient éperdument de sa mort.

À quoi servent ces commentaires ? Même si la souffrance affichée par quelqu’un n’est pas sincère, pourquoi s’en offusquer ? Pourquoi faut-il à tout prix afficher son indifférence ?

La question se pose quel que soit le sujet. D’où vient ce besoin de dire : « Tout le monde regarde le foot aujourd’hui, mais moi, je m’en moque », « Tout le monde veut voir Star Wars, mais pas moi » ?

Une des raisons est due aux réseaux sociaux qui nous permettent de trouver aisément des personnes partageant nos opinions et qui nous poussent constamment à dire que l’on aime quelque chose, à suivre quelqu’un, à devenir membre d’un groupe, à tel point qu’un désaccord constitue désormais un affront.

Une autre explication est liée à notre besoin pernicieux de paraître branché : ce qui est populaire, partagé par un grand nombre de personnes est forcément digne de mépris. Personnellement, avoir un avis similaire à d’autres ne me dérange pas. Ne pas partager l’opinion majoritaire et continuer tranquillement son chemin n’est pas une tare non plus.

Nous en avons également assez qu’on nous dicte ce que nous devons ressentir, qu’on nous force à être ému à propos de tout. Je le conçois tout à fait. Mais n’oublions pas qu’au delà de la stratégie de manipulation des médias, les opinions des gens normaux y sont aussi représentées. En déclarant : « Il est mort ? Rien à cirer ! », peut-être pensons-nous défier les magnats des médias et conserver une certaine indépendance émotionnelle, mais nous nous attaquons aussi aux autres victimes de ces médias.

Se montrer indifférent à un événement qui affecte d’autres personnes est inélégant, mais manifester ostensiblement son indifférence à la mort de quelqu’un va au-delà. Personne n’est contraint d’être triste. Ni même de s’intéresser au sujet. En tant que catholiques, notre seule obligation est de prier pour l’âme du défunt. Mais pas plus.

Si vous n’aviez pas d’estime pour le mort, si vous pensez qu’il ne méritait pas son succès, qu’il est responsable de l’échec professionnel de votre fils, qu’il va finir en enfer, et voulez à tout prix vous exprimer, faites-le, mais plus tard. Pas tant que le corps est encore chaud.

Tags:
attentatcompassionmediasmortopinion
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement