Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François a rencontré Kim Davis à Washington

Kim Davis © Ty Wright-Getty Images-AFP / Pope Francis © Antoine Mekary-Aleteia
Partager

Le porte-parole du Vatican ne nie pas que le Pape ait rencontré cette fonctionnaire américaine dont le refus de délivrer des certificats de mariage pour les couples homosexuels l'avait conduite en prison.

Le porte-parole du Vatican n’a pas nié que le Pape ait rencontré mardi, en marge de son séjour à Washington, une fonctionnaire connue pour ses positions controversées concernant le mariage pour les couples de même sexe. Le pape François a rencontré Kim Davis, une fonctionnaire du Kentucky incarcérée en septembre pour avoir refusé de délivrer des certificats de mariage à des couples de même sexe, et libérée quelques jours plus tard. Il l’a remerciée pour son courage en lui disant de « rester forte ». « Je ne nie pas que la rencontre ait eu lieu, mais je n’ai rien à ajouter », a déclaré le 30 septembre le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

Robert Moynihan, rédacteur de Inside the Vatican, précise que la rencontre a eu lieu à Washington jeudi dernier, juste avant l’envol du Pape pour New York. Mathew Staver, l’avocat de Davis, a indiqué que la rencontre avait eu lieu à la Nonciature du Vatican à Washington où elle était venue avec Joe, son mari, pour recevoir un prix décerné par le  Family Research Council.

« Merci pour votre courage »

Moynihan raconte : « Le Pape s’est exprimé en anglais, m’a-t-elle dit. Il n’y avait pas d’interprète. ‘Merci pour votre courage’, m’a dit le pape François. ‘Merci, Saint Père’, ai-je répondu. Avant l’entrevue, j’avais demandé à un prélat comment m’adresser au Pape, et si je pouvais le serrer dans mes bras. Il m’avait répondu oui. C’est ce que j’ai fait, et lui aussi m’a serrée dans ses bras. C’était un moment extraordinaire. ‘Restez forte’, m’a-t-il dit. Ensuite, il m’a offert un chapelet, et un autre à Joe, mon mari. J’ai fondu en larmes. J’étais profondément émue ».

« Puis, il a dit : ‘S’il vous plait, priez pour moi’. Et j’ai dit : ‘S’il vous plait, priez aussi pour moi, Saint Père’. Il m’a assuré qu’il le ferait. » Joe a dit qu’il donnerait son chapelet à la mère de son épouse, qui est catholique. Kim donnera le sien à son père, catholique lui aussi. Selon Staver, les représentants du Vatican connaissaient la controverse autour des positions de Davis. La rencontre aurait été organisée par leurs soins, et non pas des évêques ou la Conférence des Evêques des Etats-Unis, a indiqué le New York Times.

Dans le vol de retour, les journalistes ont demandé au Pape s’il soutenait ceux, y compris les fonctionnaires « qui déclarent ne pouvoir, en conscience (…) respecter certaines lois ou accomplir leur mission de fonctionnaires, par exemple en délivrant des certificats de mariage à des personnes de même sexe ». Le Souverain Pontife a défini l’objection de conscience comme « un droit humain » en précisant que ce droit s’applique également aux fonctionnaires.

Mise en garde contre toute interprétation abusive de cette rencontre

John L. Allen, observateur et spécialiste du Vatican, propose une clé de lecture de cette entrevue. En s’arrêtant à l’improviste chez les Petites sœurs des pauvres à Washington et en rencontrant Kim Davis, le pape François « a exprimé un soutien personnel aux deux tenants les plus polémiques du débat sur la liberté religieuse aux États-Unis : la prise en charge de la contraception par l’employeur imposée par l’administration Obama et l’objection de conscience face au mariage gay », écrit Allen qui met en garde contre toute interprétation abusive de cette rencontre :

Que quelqu’un ait organisé une brève entrevue entre François et Kim ne signifie pas nécessairement que le Pape ait été à l’origine de cette rencontre, ni qu’il maîtrise nécessairement tous les éléments de son dossier. L’entrevue a été très brève, juste le temps pour le Saint-Père de lui dire de « rester forte », de lui donner un chapelet et de lui demander de prier. Ce qui n’est pas rare chez le pape François.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.