Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Je suis Marie, médiatrice de toutes grâces »

Partager

Le 12 septembre 2015, l'Eglise a reconnu officiellement les apparitions de la Vierge Marie à Lipa (Philippines), datant de 1948

Il s’agit de la 17e apparition mariale reconnue dans l’Église catholique, et la première aux Philippines.

Après soixante-huit ans de discernement des faits et des fruits,  l’évêque du lieu a donc officiellement reconnu  les apparitions de la Vierge Marie  à Lipa, sur l’île de Luzon, aux Philippines, remontant à 1948. A la tête, depuis 1993, d’un diocèse de 2,5 millions de catholiques, Mgr Ramón Cabrera Argüelles, dans un long décret de 4 pages rédigé en anglais, déclare  » que les « événements et apparitions de 1948, aussi connus comme le phénomène marial de Lipa, et leurs conséquences, même dans les temps récents présentent réellement un caractère surnaturel » et sont  « dignes de foi« . Il « encourage la dévotion à la Très Sainte Vierge Marie sous son titre très approprié de Médiatrice de toutes grâces ».

Les apparitions à une novice carmélite en 1948

Du 12 septembre au 12 novembre 1948, la Vierge est apparue à une dizaine de reprises à Teresita Castillo, une novice carmélite de 21 ans, en se présentant sous le vocable de « Marie Médiatrice de toutes grâces ». Dès lors, la dévotion populaire s’est développée aux Philippines, le pays d’Asie ayant le pourcentage le plus élevé de catholiques au monde

Le vocable de « Médiatrice de Toutes Grâces » est  source de débat théologique, et l’archevêque le justifie  en invoquant le fait que d’anciens Pères de l’Église l’avaient enseigné, que le cardinal Mercier, archevêque de Malines-Bruxelles, l’avait soumis à approbation comme dogme de foi, et qu’en 1942, la Chine avait déjà été consacrée comme Marie Médiatrice de toutes grâces.

Pour l’archevêque, les souffrances et humiliations que la voyante a vécues confèrent une crédibilité solide à ses visions et ses déclarations. Ce n’est qu’à sa mort qu’ont été reconnues sa soumission sincère à la volonté de Dieu et la sainteté de sa vie quotidienne. La Vierge avait prévenu la jeune carmélite:  » Tu vas souffrir, on te tournera en dérision, mais ne crains pas, car ta foi te mènera au Ciel » D’autres personnalités ecclésiastiques, tel le premier évêque auxiliaire de Lipa, ont été en butte aussi à des critiques  pour avoir déclaré croire à l’apparition, mais ont fait preuve de douceur, de  patience et d’obéissance face aux autorités ecclésiastiques.

Un décret antérieur, qui l’annulait, s’est avéré douteux  

Dans son décret, Mgr Argüelles rappelle que le décret antérieur qui niait le caractère surnaturel des faits en 1951 était “dès le  début”  entaché d’une « ombre de doute »,  du fait que les évêques signataires du décret qui étaient contre   ont fini par déclarer, à la fin de leur vie, qu’ils croyaient en la véracité des apparitions.

Les restrictions à la promotion de cette dévotion ont été retirées en 1963 par l’Administrateur du diocèse de Lipa après le décès du précédent évêque du lieu. L’archevêque de Lipa,  Mariano Gaviola, le 16 juillet 1992 avait, en effet, levé les interdictions.

La dévotion populaire à cette apparition, et à son titre, s’est maintenue et s’est toujours développée. Et même, en dépit  du soi-disant « veto »,  d’autres diocèses philippins se sont placés sous la protection de Marie, médiatrice de toutes grâces, ainsi que plusieurs paroisses dans d’autres régions du pays.

Les Journées de prière et de pèlerinage se multiplient

En 2004, Mgr Argüelles a institué les Journées mariales de prière et de pèlerinage …reprises dans de nombreux pays,  toujours avec les autorisations requises.  Aux Philippines s’est propagé aussi un pèlerinage fluvial, sous ce vocable.

Mgr Argüelles attribue à la “Très Sainte Vierge Mère sous le titre de « Médiatrice de toutes grâces » le leadership des « Philippines, pays catholique et marial dans son combat résolu pour la défense de la vie, le caractère sacré du mariage, l’intégrité de la famille, et l’importance de l’union naturelle et surnaturelle  entre mari et femme ”. Pour le prélat, l’aide de la Sainte Vierge est « essentielle » dans la mesure où les Philippines ont une grande importance dans la défense de la création, « le refus du matérialisme, du sécularisme et de l’athéisme », et la promotion d’une « culture de bonté, d’amour et de générosité… ».

Lipa est-elle à la Chine, ce qu’est Fatima pour la Russie?

“Notre conscience peut être en paix, car vraiment la Vierge est venue nous visiter en 1948. Le décret officialise ce que le peuple avait perçu par intuition et instinct » déclare le mariologue philippin Marwil N. Llasos. Celui-ci indique que, dans une locution intérieure à la voyante, la Médiatrice lui a dit que le Chine est liée à Lipa. « Le décret, d’une certaine manière, nous révèle que Fatima est à la Russie ce que Lipa est à la Chine… »

Selon la presse philippine, c’est après avoir obtenu l’aval de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, que  Mgr Ramon Cabrera Argüelles a procédé à la reconnaissance officielle des apparitions de Lipa.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]