Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 09 mai |
Saint Pacôme le Grand
home iconPolitique
line break icon

« Guerre de civilisation », entre peur de la guerre et peur de la civilisation

AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

FRANCE, Paris : (FILES) This picture taken on November 21, 2013 shows French Interior Minister Manuel Valls during a press conference in Paris. French President Francois Hollande is to announce the nomination of Manuel Valls as prime minister later on March 31, 2014 according to party sources. French President Francois Hollande will address the nation at 1800 GMT, the presidency said Monday, after his Socialist Party suffered stinging humiliation in local polls widely expected to trigger a government reshuffle. The unpopular leader will make his address on television, the presidency said, without providing further details. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Liberté politique.com - Publié le 06/07/15

L’expression "guerre de civilisation" qu’a utilisée Manuel Valls à propos de la lutte contre le terrorisme a fait grand bruit. Le Premier ministre a pourtant tout fait pour la vider de son sens.

La formule semble susciter spontanément des peurs irrationnelles, contenir une nature intrinsèquement polémique, douteuse. Quasiment tous les commentateurs l’ont associée à Samuel Huntington, le grand théoricien conservateur, et à son livre célébrissime Le Choc des civilisations, comme s’il en était le seul concepteur. Ce concept serait ainsi un concept trompeur car il nous viendrait d’une part des États-Unis, et, d’autre part, de la pensée conservatrice : une pensée irrecevable parmi les élites "progressistes" françaises.

Police de la pensée

Il est bien navrant de constater qu’il existe une police de la pensée crapoteuse en France — on pourrait même user, en la retournant, de l’image du communiste Paul Nizan : des chiens de garde (allons jusqu’à affirmer mettre la réflexion philosophique non plus au service du prolétariat mais de la nation, et au-delà de notre civilisation judéo-chrétienne).

Élie Arié, dans un article paru dans Marianne, écrit ainsi que "cette thèse nettement néoconservatrice (qui, écrite par un Français, serait sans doute considérée comme d’extrême droite) [sic] montre bien à quel point l’événement du 11 septembre a contribué au déploiement de tout ce qui peut répondre à un danger : l’union sacrée, l’appel à Dieu, l’interrogation sur ce qui en soi mérite de survivre".

Plus forcé encore, le trait de Tariq Ali qui parlait dans un article publié dès octobre 2001, dans le Monde diplomatique, "de la boîte de Pandore, toujours béante, de l’empire américain, [d’où] s’échappent des monstres qui se répandent dans un monde que les États-Unis ne contrôlent pas encore complètement". Dans la bouche d’un élu socialiste, Premier ministre, cette expression a donc surpris et créé un certain désarroi, durable.

La civilisation qui fait peur

Pourtant, si on écoute bien les propos de Manuel Valls, on peut s’apercevoir immédiatement qu’il l’a utilisée avec une très grande prudence au point que le concept a perdu à peu près la totalité de son sens. En quoi est-il si différent de l’expression qu’avait utilisée Nicolas Sarkozy : "guerre à la civilisation" ? Or les actes d’une telle barbarie ne représentent-ils pas précisément une "guerre à la civilisation" ?

Un article fort intéressant de Sylvie Gangloff, "Retour sur le choc des civilisations : entre discours, iconographies et constructions identitaires", paru dans les Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien le suggère, malheureusement avec une certaine ironie : "Enfin – et plus particulièrement depuis le 11 septembre – le ‘choc des civilisations’ se traduit dans beaucoup d’esprits par la ‘sauvegarde de La Civilisation’, l’ambiguïté – créée par l’usage – du terme ‘civilisation’ se prêtant à une confusion, elle, d’usage et de circonstance". 

Cette polémique est révélatrice de l’état de confusion qui caractérise notre époque, en France et en Europe. Nous ne sommes pas à notre aise en parlant de la diversité des civilisations dont les rapports sont souvent remplis de méfiance, voire hostiles, de manière plus générale de la Civilisation que nous assimilons à un européocentrisme abject. Maurras avait saisi brillamment le caractère de toute civilisation : "Ne vous semble-t-il pas que le caractère commun de toute civilisation consiste dans un fait et dans un fait seul, très frappant et très général ? L’individu qui vient au monde dans une ‘civilisation’ trouve incomparablement plus qu’il n’apporte". Il ajoutait : "Il suit de là qu’une civilisation a deux supports. Elle est d’abord un capital, elle est ensuite un capital transmis" (Œuvres capitales, essais politiques). Lire la suite sur Liberté politique

Tags:
manuel valls
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
2
TEENAGERS, LOVE, PARK
Edifa
Comment distinguer le flirt de l’amour vrai ?
3
WEB2-ALEXEI NAVALNY-RUSSIA-shutterstock_1662094504.jpg
Agnès Pinard Legry
Russie : le message inattendu d’Alexeï Navalny pour Pâques
4
Mathilde de Robien
Ces cadeaux de confirmation auxquels vous n’aviez pas pensé
5
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
6
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
7
Agnès Pinard Legry
Peter Nha, 23 ans, a donné sa vie pour sauver trois de ses amis
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement