Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 octobre |
Saint Luc
Aleteia logo
home iconÉglise
line break icon

Évangile de dimanche : Un prophète n’est méprisé que dans son pays

© Public Domain

La rédaction d'Aleteia - Publié le 05/07/15

Chaque dimanche, retrouvez le commentaire de l'Évangile par notre partenaire, Infocatho.be.

Évangile de dimanche 5 juillet 2015 (Marc 6,1-6 – 14e dimanche du temps ordinaire)

En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue.

De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : "D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ?" Et ils étaient profondément choqués à son sujet.

Jésus leur disait : "Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison." Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.

Textes liturgiques © AELF, Paris.
———————————————————————————

Accueillons Jésus et nos frères avec gratitude et humilité

Les lectures de ce dimanche ont une tonalité plus grave que celles d’il y a huit jours. Le prophète sait qu’il va au-devant des contradictions (première lecture), Jésus connaît l’échec dans son propre village (Évangile) et Paul raconte comment il a été humilié. Cette eucharistie veut m’aider à accepter mes échecs, humblement et avec confiance, car lorsque je suis faible, c’est alors que, avec Jésus, je suis fort (deuxième lecture).

Une cruelle déception attend donc Jésus dans son village. Quel contraste avec les foules qui le pressaient de toute part, sur le chemin conduisant à la maison de Jaïre ! Les Nazaréens sont certes nombreux à venir écouter l’enfant du pays dans la synagogue, mais ils ne dépassent pas le stade d’un étonnement sceptique, qui se mue bientôt en hostilité et rejet. Ils connaissent trop bien Jésus, du moins le croient-ils…

Vous savez, on peut les comprendre. Jésus, pour ses proches, n’est rien d’autre que "le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon, dont les sœurs sont ici chez nous". Et voilà que, d’un seul coup, le charpentier du village quitte son métier, sa famille pour se mettre à prêcher par monts et par vaux. Imaginez que de tels faits se produisent un jour dans votre village, votre réaction ne serait sans doute guère différente.

Lorsqu’on nous parle d’une personne quelconque, on a le fréquent réflexe de dire : on connaît. C’est faux. On ne connaît jamais pleinement une personne humaine. Elle est toujours, pour une part, un mystère qui nous dépasse. On peut décrire l’aspect physique de l’autre, préciser son métier, sa situation sociale et familiale, connaître ses habitudes, ses qualités et ses défauts ; tout cela n’est que l’extérieur de la personnalité. On connaît ? Non, on croit connaître. Aimer, c’est voir dans le cœur de l’autre un océan qu’on n’aura jamais fini de découvrir. Les gens de Nazareth auraient pu se dire : "Ce Jésus qu’on croit connaître, qui est-il, au fond ?" Mais non. Ils campent dans leurs certitudes : "Jésus, on connaît." Au lieu d’une attitude ouverte à la nouveauté, ils se sont fermés à Jésus qui, subitement, se présentait totalement différent de celui qu’ils croyaient connaître.

Cela nous ramène à nous-mêmes. "Jésus? Je connais." Ne nous est-il pas arrivé d’avoir une telle réaction ? On a été au catéchisme, depuis notre enfance nous en avons entendu parler, de Jésus de Nazareth. On a lu les évangiles, on va à la messe, et on connaît les principaux épisodes de sa vie, on Le prie, on en parle… Donc, on croit Le connaître.

  • 1
  • 2
Tags:
Dimanche
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
2
Mathilde de Robien
Les questions à se poser pour savoir si on aime vraiment
3
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
4
Agnès Pinard Legry
Le miracle qui va faire de Jean Paul Ier un bienheureux
5
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
6
Pope Francis - speech
I.Media
Le pape François plaide pour l’inculturation de l’Évangile
7
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement