Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconCulture
line break icon

La momie d'une noble dame du XVIe siècle découverte à Rennes

© DRAC

Arthur Herlin - Publié le 09/06/15

L'un des 800 sarcophages découverts au couvent des Jacobins renfermait le corps exceptionnellement bien conservé d'une dame du Moyen Âge. Après deux ans d’études, elle livre enfin ses secrets.

Une véritable momie a été découverte en plein centre de Rennes (Île-et-Vilaine) dans le couvent des Jacobins à l'emplacement du futur palais des congrès de Rennes Métropole. Cette dépouille, parfaitement conservée dans un sarcophage de plomb, est celle d'une religieuse vêtue d'un habit du XVIIe siècle. Les chairs sont encore visibles, à tel point que l'on pourrait presque distinguer les traits de son visage. Il s’agit de Louise de Quengo, une noble dame morte en 1656 et veuve du puissant Toussaint de Perrien, seigneur de Brefeillac-Querbrézelec, décédé en 1649.

Après la disparition de son époux, Louise conserva son cœur dans un reliquaire qu'elle garda avec elle jusque dans son cercueil. Le reliquaire en forme de cœur était bel et bien présent dans son sarcophage, ce qui a permis aux archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) de l'identifier. L'examen et l'autopsie de sa dépouille ont pu démontrer que Louise a été "écœurée" avant son inhumation. Autrement dit, son cœur a été retiré pour permettre de le déposer à côté du corps de son mari. Les ligatures observées à l'emplacement du cœur prélevé attestent de la haute maîtrise des méthodes chirurgicales de l'époque. Les analyses ont aussi donné des informations sur la mort de Madame de Quengo : elle aurait succombé vers 60 ans, des suites d'une infection pulmonaire telle que la tuberculose.

Dans un état de conservation remarquable

Une chance que son corps ait survécu au temps ! Nombreux sont les sarcophages en plomb profanés par les révolutionnaires. Ces derniers les fondaient pour produire des balles de fusil dites "patriotes". C'est d'autant plus un miracle que le couvent des Jacobins, nom qui désignait auparavant les Dominicains, était à l'époque l'un de leur magasin militaire. Chose tout aussi rare, les vêtements de la défunte se trouvaient également dans un état de conservation remarquable. Deux hypothèses peuvent expliquer ce costume religieux, selon Stéphane Deschamps, conservateur régional à la Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne (Drac) : soit Louise de Quengo avait "adopté la vie monacale à la fin de sa vie", soit elle a seulement revêtu de tels habits religieux lorsqu'elle a été enterrée, ce qui était "fréquent chez les élites laïques", explique le spécialiste.

Tags:
archeologierennesVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement