Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 31 juillet |
Saint Ignace de Loyola
home iconAu quotidien
line break icon

La réforme des collèges, ou quand le fondamental devient facultatif

© Julien PAISLEY / Service photo, photothèque du Conseil Général du Val-de-Marne / Flickr CC

https://www.flickr.com/photos/valdemarne/14088090484

Liberté politique.com - Publié le 18/05/15

Le chemin idéologique suivi par le gouvernement socialiste nous conduit droit dans le précipice. La réforme du collège de Mme Vallaud-Belkacem en est une illustration flagrante.

Le ministre part du constat qu’« en dix ans, les élèves ont régressé en français, en maths, en histoire ». Mme Belkacem en tire la conclusion étrange qu’il faut donc leur rajouter de nouvelles matières : l’informatique (les principes de base du codage, les langages simples de programmation), et des projets interdisciplinaires en groupe.

C’est absurde. Quand l’apprentissage du fondamental n’est pas maîtrisé, rajouter de nouvelles matières revient à ajouter de nouvelles difficultés. Il faudrait plutôt se concentrer sur l’essentiel. Enseigner le codage informatique à un élève qui ne sait pas résoudre une équation à une inconnue, c’est mettre la charrue avant les bœufs.

Absurde et contreproductif

De même, en observant que le niveau en langues étrangères n’est pas satisfaisant, voici que sa réforme prévoit que l’apprentissage de la seconde langue vivante commencera plus tôt, dès la 5e.

C’est encore absurde. Commencer à apprendre une LV2 une année plus tôt ne fera pas monter le niveau. Au contraire, ce sera contreproductif. Cela va alourdir l’emploi du temps déjà surchargé des collégiens, et empiéter sur l’apprentissage de la première langue vivante. Il semble plus sage de ne commencer à étudier la deuxième langue vivante qu’en 4e, après que la base de la première langue a été posée.

Une réforme idéologique

Au-delà de ces points précis, c’est l’idéologie même qui sous-tend cette réforme qui pose problème. De là découlent tous les points litigieux. C’est d’abord l’idée que tout doit être ludique, amusant, sans aucun effort. C’est un peu ce qu’on retrouve dans les projets de groupe. Ces projets « collectifs » sont destinés à apprendre « le travail en équipe ». Le rapprochement entre le vocabulaire traditionnel de la gauche (collectif) et celui du monde de l’entreprise (travail en équipe), est ici à noter et montre bien la nature idéologique de cette gauche libérale. Lire la suite sur Liberté politique

Tags:
Éducationnajat vallaud belkacem
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
3
HIDILYN DIAZ
La rédaction d'Aleteia
Jeux Olympiques : la médaille miraculeuse sur le podium !
4
MARIAGE
Timothée Dhellemmes
Pass sanitaire : quelles sont les règles pour les mariages ?
5
Martin Steffens
Martin Steffens : « Le pass sanitaire est une défaite de la moral...
6
SCROVEGNI
Agnès Pinard Legry
Les splendides fresques de Giotto désormais au patrimoine mondial...
7
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement