Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 octobre |
Saint Narcisse
home iconSpiritualité
line break icon

Peut-on prendre des photos pendant la messe ?

DR / Wikimedia

Notre-Dame de Paris

Gelsomino Del Guercio - Publié le 10/04/15

Ne pas perturber la cérémonie, mais ne rien manquer non plus… Voici quelques règles simples à respecter quand on doit photographier ou filmer une célébration religieuse.

Un lecteur d’Aleteia nous a posé cette question : comment se comporter dans une église quand on doit prendre des photos ou filmer une célébration liturgique ? Y a-t-il des règles particulières à observer ? Trois aspects sont à prendre en compte, explique Enrico Finotti, liturgiste et coordinateur de la revue italienne Liturgia Culmen et Fons.  

1. Le sens du sacré  

Croyant ou pas, pratiquant ou non, pour photographier ou filmer correctement une célébration liturgique, la première chose est d’avoir le sens du sacré, explique le liturgiste. Celui qui est croyant, s’il l’est en vérité, doit avoir un minimum conscience que, dans les célébrations liturgiques de l’Église, le Seigneur est présent et accomplit de manière sacramentelle son action sanctifiante.

Le croyant, poursuit Enrico Finotti, « devrait percevoir immédiatement qu’il se trouve et se déplace à l’intérieur d’une église – surtout pendant les célébrations, mais aussi dans une église vide puisque Dieu y est présent sacramentellement, dans les hosties consacrées conservées dans le tabernacle. Et donc que ce n’est pas la même chose que de se tenir et se déplacer sur une place publique ou dans d’autres lieux de la vie quotidienne. Le croyant, s’il est bien éduqué, se sentira poussé au silence et à la vénération, et chacun de ses gestes sera inspiré par ces sentiments ». Mais le non-croyant aussi, « s’il a été éduqué dans le respect des autres, comprendra aisément qu’il doit faire preuve d’une attention délicate dans les lieux de culte, là où ses semblables rencontrent le surnaturel et accomplissent leur devoir envers Dieu selon les préceptes de leur religion ». Ce sens du sacré « même s’il est spécifique au chrétien, doit être présent en tout homme de bonne volonté animé par les principes du respect des convictions religieuses de chacun ». 

2. La connaissance des rites  

S’il veut vraiment effectuer un service professionnel, le photographe ou le cameraman ne peut se satisfaire d’une simple préparation technique. « Il doit savoir identifier la structure d’ensemble, les moments marquants et les étapes importantes de l’événement qu’il veut photographier ou filmer. » Il n’est pas rare de remarquer dans les albums photos de cérémonie religieuse une
« marginalisation déconcertante des choses les plus importantes et l’absence des moments les plus significatifs de l’événement célébré. En outre, la connaissance de la célébration rituelle fournit les meilleures indications pour ne pas perturber les moments de prière contemplative avec des distractions dérangeantes ».  

3. Quelques règles pratiques  

Une fois ces principes établis, il est possible de fixer quelques règles de base : 
– Les lieux de célébration – l’autel, le tabernacle, l’ambon et le siège du prêtre célébrant, avec toute la zone du chœur qui les entoure et les protège – ne sont pas des endroits pour les photographes et cameramen. Ces derniers ne doivent pas monter sur les marches de l’autel, ni s’approcher trop près de la table eucharistique, rester près du tabernacle ou accéder à l’ambon ou au siège du prêtre célébrant. La balustrade (s’il y en a une) marque la limite qui empêche l’accès à ces lieux.
– Les parties les plus sacrées du rite – la prière eucharistique (le canon de la messe) avec l’élévation et la consécration, la communion et la proclamation de l’Évangile et des lectures qui le précèdent – doivent pouvoir se dérouler en préservant au maximum le côté sacré, dans un climat de prière et d’écoute attentive de Dieu qui d’abord parle à son peuple et ensuite s’immole pour lui et se donne comme nourriture de Vie éternelle. À l’évidence, c’est dans ces moments uniques que se manifestent la capacité et l’habileté d’un photographe à prendre des photos dans la plus grande discrétion. 

  • 1
  • 2
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Messephoto
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Timothée Dhellemmes
En Europe, les lieux de culte se reconfinent ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
KOMUNIA ŚWIĘTA
Mathilde de Robien
A.R.D.O.R., un bel acrostiche pour savoir com...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement