Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les chrétiens et le sexe

© mast3r/SHUTTERSTOCK
Partager

Ce n'est pas par hasard si saint Paul, voici 2000 ans, conseillait aux époux chrétiens : « Ne vous refusez pas l'un à l'autre… de peur que Satan n'en profite pour vous tenter » !

Avant tout, le couple chrétien doit bien connaître la signification du sexe dans le plan de Dieu. Il l’a voulu. Entre toutes les alternatives possibles qui s’offraient à Dieu pour générer et maintenir l’espèce humaine, Il a choisi la relation physique et spirituelle de l’amour conjugal. Dieu a voulu que le couple humain soit l’archétype de l’humanité et que sa reproduction s’opère moyennant la vie sexuelle.

En outre, avec l’acte sexuel, il a voulu approfondir l’amour du couple. On peut donc affirmer que Dieu n’a pas seulement inventé le sexe, mais qu’Il l’a doté d’une profonde dignité et d’un sens. À cette fin, Il a établi des règles afin qu’il soit correctement vécu et qu’il ne soit pas source de déséquilibre et de souffrance.

Dieu a voulu que l’être humain soit matériel et spirituel, un peu comme une belle synthèse de l’animal qui possède seulement un corps, et de l’ange, qui est seulement esprit. Et en le dotant d’un corps, Il a voulu que l’homme soit sexué comme les animaux. Mais sa vie sexuelle ne devait pas être seulement guidée par l’instinct, comme les animaux, mais aussi par l’âme, et éclairée par l’intelligence, embellie par la liberté, conduite par la volonté et vécue dans l’amour.

La vie sexuelle est ce qu’il y a de plus sublime dans le plan de Dieu. Par conséquent, un couple ne doit jamais penser que Dieu est loin au moment de leur union la plus intime, parce que cet acte est saint et sanctifiant dans le mariage, voulu et aimé par Dieu.

L’amour conjugal possède une signification unique ; l’amour entre deux personnes du même sexe, comme par exemple, le père et le fils ou deux amis – n’est pas complémentaire sur le plan physique. L’acte sexuel, à sa juste place, dans le mariage, bien compris dans ses aspects spirituel et psychologique, est l’un des actes les plus nobles et significatifs que l’être humain peut accomplir ; car il est source de vie et de célébration de l’amour. La vertu de chasteté, plus que renoncer au sexe, signifie sa bonne utilisation.

Le Dr Alphone H. Clemens, directeur du Centro de Asesoramiento de l’Université catholique d’Amérique, D. C., a dit à propos de l’acte sexuel : « C’est un acte d’une grande beauté et d’une signification spirituelle profonde, car l’amour conjugal entre deux chrétiens en état de grâce, est une fusion de deux corps qui sont des temples de la Trinité, et une fusion de deux âmes qui participent de la même Vie Divine… Par ailleurs, correctement utilisé, il devient une source d’union, d’harmonie, de paix et d’ajustement. Il renforce l’amour entre mari et femme, et agit comme un bouclier contre l’infidélité et l’incontinence. La personnalité humaine intégrale, même dans ses aspects surnaturels, est enrichi par le sexe, car l’acte d’amour conjugal est également digne de grâces » (Clemens 1969, p. 175).  D’une façon générale, l’acte d’amour conjugal provoque relaxation, vigueur, confiance en soi, sensation générale de bien-être, sensation de sécurité et une disposition qui conduit à oublier les difficultés et tensions d’importance secondaire au sein du couple (Apud Clemens, p. 177).

Ce n’est pas par hasard si saint Paul, voici 2 000 ans, conseillait aux époux chrétiens : « Ne vous refusez pas l’un à l’autre … de peur que Satan ne profite pour vous tenter » (1Co 7, 5). Se refuser à l’autre sans motif peut représenter non seulement une injustice pour le conjoint, mais aussi un risque de l’exposer à l’infidélité, et le mariage à l’échec. Cela montre que le couple ne doit pas rester longtemps séparé quels que soient les motifs, notamment pour des raisons mineures. L’éloignement prolongé entre époux peut générer une situation de stress. Certains parviennent à surmonter cette abstinence forcée avec une sublimation religieuse, mais tous n’en sont pas capables. 

Mais dans leurs recherches, les spécialistes soulignent également que « d’autres facteurs sont plus importants pour le bonheur conjugal que le sexe ». De nombreux couples surmontent leurs problèmes et ennuis en s’appuyant sur un amour authentique.

Adaptation de l’espagnol par Élisabeth de Lavigne

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]