Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Cardinal Tauran : avec l’islam, « nous sommes condamnés au dialogue »

Le cardinal français Jean-Louis Tauran s'est éteint à l'âge de 75 ans.
Partager

Le nouveau camerlingue accueille ces jours une délégation d’imams en visite au Vatican. En septembre, il avait donné une conférence à Versailles sur le dialogue islamo-chrétien.

Dimanche 15 septembre, la cathédrale de Versailles était comble pour écouter le cardinal Tauran, alors président du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux sur « la vision chrétienne des relations entre chrétiens et musulmans ». Le titre pouvait sembler quelque peu provocateur à l’heure où le monde est en proie à de tels tourments, avait reconnu d’emblée le cardinal.

Loin de se lamenter sur le présent ou de se contenter de regarder vers le passé, l’ancien protodiacre avait proposé une toute autre analyse : « Les religions ne sont pas à l’origine du chaos actuel. Mais on ne peut comprendre le monde d’aujourd’hui sans prendre en compte les religions. Elles seront un élément incontournable dans la résolution des conflits en cours ».

Malgré le contexte actuel et les horreurs perpétrées par l’autoproclamé État islamique, le dialogue entre les deux grandes religions monothéistes se poursuit tant bien que mal, avec patience et dans la discrétion : « Nous constatons que, malgré tant d’efforts récents, nous ne nous connaissons pas encore, avait regretté le cardinal Tauran. Nous avons peur les uns des autres. Évidemment, le terrorisme pratiqué au nom de l’islam par des musulmans dévoyés ne contribue guère à favoriser la confiance mutuelle ».

De nombreux points communs 

À plusieurs reprises, il s’était référé à saint Jean-Paul II qui rappelait déjà en 1982 à Kaduna au Nigéria, que chrétiens et musulmans avaient nombre de points communs : « Nous vivons sous le soleil du même Dieu miséricordieux. Nous croyons les uns et les autres en un seul Dieu, créateur de l’homme. Nous avons le privilège de la prière, le devoir d’une justice accompagnée de compassion et d’aumône et avant tout un respect sacré pour la dignité de l’homme ».

La liste des similitudes qui lient les deux religions est plus longue qu’on ne l’imagine souvent : l’adoration d’un « Dieu unique et miséricordieux », la vénération de la Sainte Famille et de Marie en tant que vierge et mère de Jésus, etc. Peu de chrétiens le savent, mais les musulmans attendent également le retour de Jésus, le Messie, comme signe de la fin des temps. 

« Il y a des parcelles de Vérité dans toutes les religions »

Depuis le Concile Vatican II, l’Église encourage chrétiens et musulmans à oublier les querelles du passé. Deux grands textes,
« adoptés à une écrasante majorité » avait tenu à préciser le prélat, sont aujourd’hui encore la base du dialogue islamo-chrétien. 

Le premier texte se situe dans Lumen Gentium et présente l’Islam comme la première religion monothéiste non biblique : « Mais le dessein de Salut enveloppe également ceux qui reconnaissent le Créateur, en tout premier lieu les musulmans qui, professant avoir la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, futur juge des hommes au dernier jour » (LG, n°16). 

Le second texte se trouve dans Nostra Aetate : « L’Église regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu unique, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. […] Même si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le saint Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu’à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté » (NA, n°3).

Pour la première fois de son histoire, l’Église avait reconnu à travers un texte du magistère qu’il y avait des parcelles de Vérité dans les autres religions. Et ce changement a ouvert de nouvelles perspectives pour aller plus loin.

Pages: 1 2

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]