Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 octobre |
Saint Demetrius
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Femen : la haine comme religion

© THOMAS SAMSON / AFP

FRANCE, Paris : Aactivists from the women's rights organisation Femen wave arms as they pose at a Paris courthouse after attending the trial of nine other Femen members, on July 9, 2014 in Paris. The nine women are accused of "damage to a place of worship in a group" after participating in a demonstration at Notre-Dame de Paris in February 2013. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Observatoire SocioPolitique - Publié le 12/09/14

La relaxe des Femen après leur action à Notre-Dame avalise une laïcité agressive qui met en péril la liberté religieuse, analyse l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon.

La relaxe des Femen poursuivies pour avoir dégradé une cloche à Notre Dame en février 2013 a semé la consternation parmi les fidèles catholiques. (cf. Aleteia). Même si le Parquet a finalement fait appel de cette décision, un signal est envoyé à tous ceux qui revendiquent haut et fort leur détermination à lutter contre toutes formes de religions : l’impunité est garantie. Après leur coup d’éclat à la cathédrale, Caroline Fourest déclarait que « nous avions plus que jamais besoin de blasphémateurs », qu’ils étaient même les plus solides soutiens de la laïcité.

On est très loin de la laïcité telle qu’elle est généralement conçue en France, c’est-à-dire le respect de toutes les confessions religieuses et la liberté garantie de pouvoir pratiquer sa foi. Force est de constater que la laïcité de combat, violemment anticléricale est de retour. Nous avons en mémoire les charges à fleuret non moucheté de M.Peillon contre les catholiques : « On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. » Cette laïcité radicale n’a en vérité jamais vraiment disparu. Menacée, dit-on, on a vu fleurir des comités pour la défendre. Elle est l’enfant chérie des loges et des ateliers, qui planchent notamment sur la question du… blasphème : un des « droits » acquis par la Révolution. Les Frères reconnaissent dans le Chevalier de la Barre, guillotiné en 1766 pour impiété, leur martyre, auquel il voue une dévotion toute républicaine.

L’hypocrisie qui consiste à proclamer haut et fort que ni le blasphème ni la profanation ne constituent des délits pénalement répréhensibles n’a d’égale que celle d’assimiler l’incitation à la haine, la provocation et l’insulte à l’exercice de la liberté d’expression. En réalité, si les chrétiens ne demandent pas que le blasphème soit passible de poursuites, on peut s’interroger sur les conséquences de telles attitudes sur la cohésion sociale et le vivre ensemble. L’arsenal législatif qui s’est considérablement enrichi ces dernières années comprend bien des mesures contre les « incitations à la haine », à la violence ou à la discrimination en raison notamment de l’appartenance à une religion.

A force de faire de la laïcité une nouvelle religion sans Dieu qui garantit le « droit au blasphème », on en vient à légitimer les expressions les plus agressives d’un athéisme extrémiste et militant. Dans les faits, il n’est possible de répandre publiquement sa haine que sur le christianisme, « source de tous les obscurantismes ». Les initiatives « artistiques » des Pussy Riot ou les happening des Femen, suprême forme de la liberté d’excrétion, ont encore de beaux jours devant eux.
Les catholiques sont choqués de voir que la loi ne leur permet plus d’exprimer sereinement leur foi à l’intérieur même de leurs églises. Si celles-ci ne constituent plus des « espaces sacrés » et protégés comme tels, qu’en est-il encore de la liberté religieuse en France ?

Communiquéde l’Observatoire SocioPolique (OSP), site du diocèse de Fréjus-Toulon.

Tags:
femmeslaicite
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
3
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
4
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
5
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
6
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
7
La rédaction d'Aleteia
[VIDEO] Un jeune enfant handicapé monte au côté du Pape au début ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement