Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconActualités
line break icon

Grande-Bretagne : l’allergie des médias à la religion, source de désinformation

Summonedbyfells / Flickr CC

<b>Edward John Ivo Stourton</b> (born 24 November 1957) is a <a href="http://en.wikipedia.org/wiki/BBC" title="BBC">BBC</a> broadcaster and presenter of the <a href="http://en.wikipedia.org/wiki/BBC_Radio_4" title="BBC Radio 4">BBC Radio 4</a> programme <i><a href="http://en.wikipedia.org/wiki/Sunday_%28radio_programme%29" title="Sunday (radio programme)">Sunday</a></i>, and a frequent contributor to the <i><a href="http://en.wikipedia.org/wiki/Today_%28BBC_Radio_4%29" title="Today (BBC Radio 4)">Today</a></i> programme, where for ten years he was one of the main presenters. He is the author of six books, most recently <i>Cruel Crossing: Escaping Hitler Across the Pyrenees</i>. He is a former president of the <a href="http://en.wikipedia.org/wiki/Cambridge_Union_Society" title="Cambridge Union Society">Cambridge Union Society</a>.

Gaëlle Bertrand - The Telegraph - Publié le 11/06/14

Edward Stourton, célèbre présentateur de BBC Radio 4, déplore le manque de formation religieuse des journalistes britanniques, souvent source d’"erreurs catastrophiques" dans le traitement de l’actualité.

11/06/2014

Edward Stourton est l’un des animateurs phares de BBC Radio 4, bien connue outre-manche. Catholique, il anime notamment les émissions Today et Sunday, cette dernière étant spécialisée sur les sujets religieux. Le journal The Telegraph revient sur cette figure du journalisme, âgé de 56 ans, pour qui la relation entre les médias britanniques et la religion est alarmante.

Le journaliste n’y va pas de main morte dans son analyse. Pour lui, les médias britanniques, dont la BBC qui est pourtant le média de référence, sont littéralement « allergiques » à la religion. Et, bien souvent, cela entraîne des « erreurs catastrophiques » dans la lecture des événements et de l’actualité. Récemment, ceci s’est observé pour le Moyen-Orient où « la religion joue un rôle important en politique. » Ne pas tenir compte de cette dimension peut dès lors s’apparenter à une faute professionnelle.

Dans le cas de l’Égypte, par exemple, la montée des Frères musulmans, qui a conduit à l’élection de Mohamed Morsi lors des présidentielles de juin 2012, a été une véritable surprise pour la presse britannique, qui initialement n’avait pas du tout envisagé cette hypothèse. « Maintes fois nous avons sous-estimé l’importance de la religion dans la région » précise-t-il à la Radio Times. L’aveuglement des médias sur la question religieuse est donc un véritable problème et démontre l’existence d’un fossé culturel source d’incompréhension réciproque.

À cet égard, bien qu’involontaire, une fermeture d’esprit s’exerce. Edward Stourton affirme qu’il faut en chercher l’origine du côté de la culture. En Grande-Bretagne, et plus largement en Europe, la religion est désormais vue comme une « excentricité », passée de mode, symptôme de ce que Benoît XVI qualifiait de « société liquide ». Malheureusement, cette conception s’est infiltrée dans les rédactions, les émissions de radio et plus encore. On peut dès lors imaginer l’effet domino sur le public. 

Une autre conséquence s’est constatée dans la stratégie éditoriale de la BBC. En 2010 déjà, l’Église anglicane déplorait la réduction des temps accordés à la religion dans les programmes. L’évêque anglican de Manchester, Nigel McCulloch (à la retraite depuis 2013), expliquait qu’une telle perte était dommageable pour la qualité du média. Les arguments d’alors étaient relatifs à la laïcité, trop de religion sur un média public n’étant pas justifiable, et au désintérêt du public. Dans le même temps, le révérend McCulloch demandait que les journalistes soient davantage formés en matière religieuse pour devenir véritablement experts. Il proposait même que la religion soit une option obligatoire dans leur cursus. Mais que nenni.

Pour le journaliste Edward Stourton, la formation des professionnels de l’information et la diffusion de programmes religieux doivent être considérées par les chaînes comme une opportunité et non comme un simple devoir. En plus de donner du sens, la culture religieuse peut consolider la formation de l’esprit critique et même être source d’émissions populaires.

Tags:
grande bretagnemediasreligions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement