Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 22 avril |
Saint Epipode
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Liban : une rencontre interreligieuse sur le modèle des rencontres d’Assise

Bkerké – fr

© Public Domain

La rédaction d'Aleteia - publié le 20/05/14

Les responsables de toutes les communautés chrétiennes et musulmanes du pays se sont réunis autour des reliques de saint Jean Paul II pour honorer sa mémoire.

« Le Moyen-Orient a un besoin urgent de réconciliation, a dit le pape Jean-Paul II. Mais une réconciliation véritable ne se fait pas aux dépens des droits. Un échec du Liban serait un échec dramatique de la liberté (… », a déclaré le cardinal Béchara Boutros Raï, Patriarche des Maronites, lors de la grande rencontre interreligieuse entre le chef de l’État libanais Michel Sleiman et des responsables de toutes les communautés chrétiennes et musulmanes, le lundi 19 mai à Bkerké, siège du patriarcat maronite.

La rencontre, rapportée comme « très émouvante » par L’Orient Le Jour, était organisée autour d’une relique du nouveau saint Jean Paul II, arrivée au terme d’une visite de quatre jours dans le pays. La rencontre « Jean-Paul II et son message pour le Liban » était organisée par les pères lazaristes et la fondation Adyan, sur le modèle des grandes rencontres lancées par Jean Paul II à Assise, en 1986.

«  Nous faisons à nouveau serment de protéger le Liban dans toutes ses composantes et d’y fortifier la convivialité et la coopération, sur la base du respect des libertés et des droits de l’homme, dans la conscience que le Liban est une valeur précieuse qui doit être mise au service du monde arabe et de la communauté internationale », a ajouté le cardinal Raï, en demandant, par l’intercession de Jean-Paul II, qu’un nouveau président de la République soit élu par le parlement « avant la fin de la semaine » (cf. suspense présidentiel).

Tour à tour, le mufti Mohammad Rachid Kabbani, le mufti jaafarite Ahmad Kabalan, le cheikh Akl druze, Naïm Hassan, le pasteur Habib Badre , le provincial des pères lazaristes, Jacques Haddad, Mgr Kayyal, représentant du patriarche orthodoxe Youhanna X Yazigi, le représentant du patriarche des syriaques orthodoxes ainsi que le nonce apostolique, Gabriele Caccia, ont pris la parole pour réaffirmer ce qu’ils doivent et ce que le Liban doit à l’action inlassable déployée par Jean-Paul II pour sauver le pays de la disparition et en préserver vivante la vocation historique. Devant eux, se trouvait la relique  de Jean Paul II : une ampoule contenant du sang recueilli la veille de sa mort, lors d’un examen sanguin.

 « Le Liban est sans valeur sans la culture d’un partenariat véritable entre ses communautés respectueuses des droits, et parmi ces droits, celui de la liberté religieuse », a déclaré le mufti après avoir rappelé le souvenir de Jean Paul II , « un homme  toujours vivant » dans la conscience, la raison et le cœur des libanais. Ahmad Kabalan a appelé à un Liban « modèle de l’unité dans la diversité dans le monde arabe », qui doit servir de modèle à un projet de « pacte moral » dans tout le monde arabe.

” L’Église et la Mosquée doivent produire l’homme de l’amour, du partage et de la communion, c’est un pacte que le Liban doit sceller “, lui a fait écho cheikh Kabalan, avant que le cheikh Naïm Hassan n’exalte avec force les valeurs de la famille.

Tags:
Pape Jean Paul IIReliques
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement