Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 janvier |
Saint Thomas d'Aquin
home iconÉglise
line break icon

Le Triduum pascal : l'amour plus fort que la mort

Fr Lawrence Lew OP

Jacques Gauthier - Le blogue de Jacques Gauthier - Publié le 16/04/14

Sommet de l’année liturgique et de la Semaine sainte, le Triduum commence le soir du Jeudi saint pour se terminer au dimanche de Pâques. C’est la grande rencontre à laquelle le Christ nous convie.

16/04/2014

Tout au long de l’année liturgique, Dieu vient à nous et nous allons à lui. Nous célébrons son amour plus fort que la mort. Ce mystère de salut culmine à ce que les premiers chrétiens appelaient « la Grande Semaine », qui va du Dimanche des Rameaux jusqu’à Pâques. Durant cette Semaine sainte, l’amour se concentre sur trois jours comme en un point lumineux, un feu divin qui irradie de l’intérieur et qui envahit tout : le Triduum pascal.

Sommet de l’année liturgique, le Triduum commence le soir du Jeudi saint pour se terminer au dimanche de Pâques. Il ne s’offre pas à nous comme un spectacle, mais comme une rencontre avec le Christ. Nous suivons Jésus dans les derniers moments de sa vie, nous faisons nôtres ses sentiments, nous célébrons sa Pâque, c’est-à-dire son passage de ce monde à son Père. Voici quelques gestes que l’Église propose dans sa liturgie et qui nous aide à mieux prier notre libération, à nourrir aussi les petites liturgies que nous pouvons vivre à la maison.

Jeudi saint
Dernier repas de Jésus. Il a gardé le bon vin pour la fin, il tient table ouverte pour ses amis. C’est lui qui sert, il donne tout, « il est le vivre et le couvert » (Patrice de La Tour du Pin). À l’église, nous faisons mémoire de la nouvelle Pâque que Jésus instaure dans son corps. Nous reprenons le geste du lavement des pieds, le rite du service. Le pain devient son corps livré, le vin son sang versé pour nous. Nous adorons le saint sacrement au reposoir après la messe. L’autel est dépouillé, nous entrons dans un temps de veille qui rappelle la prière de Jésus au Jardin des Oliviers.
Nous t’adorons Seigneur Jésus, toi qui es réellement présent dans le saint sacrement. Donne-nous la grâce de passer une heure avec toi, de t’accompagner dans ton agonie. Notre chair irradie de ta présence. Nous devenons Eucharistie. Merci, Seigneur.
(…) Le soir, avant d’aller au lit, nous prions en silence afin de communier aux sentiments de Jésus avant sa mort.

Vendredi saint
Ce jour est dédié au mystère de la Croix. Le Vendredi saint, c’est tout l’amour cristallisé en Jésus. Dieu va jusqu’au bout de l’amour : «Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout » (Jean 13, 1), avons-nous rappelé la veille. L’office de la Croix en après-midi est unique, ce n’est pas une messe. L’Église se rappelle les souffrances et la mort de Jésus; en sa chair le mal meurt. Quelques fidèles auront fait une procession, une marche du pardon, dans les rues avant d’arriver à l’église où l’on célèbre la Passion du Seigneur.
La liturgie commence sobrement par l’entrée silencieuse du ministre qui se prosterne devant l’autel dépouillé. C’est toute l’Église qui adore en silence, toute la création qui gémit. Puis, c’est la lecture de la Passion, la grande prière universelle, la procession de la croix, – « Voici le bois de la croix qui a porté le salut du monde » -, la vénération collective et la communion au corps du Christ. Le soir, il y a souvent la célébration du chemin de la croix. Nous pensons à Marie au pied de la Croix, notre mère, la Stabat Mater. À la maison, nous jeûnons en nous privant d’un repas ou de quelque chose d’autre. Nous prions devant un crucifix.
Seigneur Jésus, tu as souffert par amour, soutiens toutes les personnes qui souffrent en ce moment. Aide-nous à porter notre croix chaque jour, donne-nous la force de pardonner comme tu l’as fait, augmente en nous la foi, l’espérance et l’amour, car quand ta croix s’élève, le monde renaît.

Samedi saint et Veillée pascale
Samedi saint, jour du vide et de l’absence, temps du grand silence et de la joyeuse espérance

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
liturgieSemaine saintetriduum pascal
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement