Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Philippines : la pédophilie scandaleusement florissante

© DR
Partager

Un missionnaire irlandais, le Père Shay Cullen, engagé depuis des décennies dans la lutte contre le trafic et l’exploitation sexuelle, tire la sonnette d’alarme.

12/02/2014

Le marché de la pédophilie est hélas florissant aux Philippines, et ce grâce à la couverture et à la complicité du monde politique, dénonce le Père Shay Cullen, missionnaire irlandais , dans une note envoyée à l’agence Fides.
 
Le Père Cuellen, S.S.C.M.E., est impliqué depuis des décennies dans la lutte contre l’exploitation d’êtres humains et l’abus des mineurs sur le territoire. Il accuse en particulier des « agences » d’organiser et de faire la promotion de voyages de pédophiles, avec l’accord tacite d’institutions et de collectivités locales, impliquées dans un circuit de corruption.
 
Le missionnaire a créé PREDA, une fondation qui s’occupe de la récupération des enfants concernés par le trafic et l’exploitation sexuelle. Selon lui, les motifs qui permettent au marché de la pédophilie de prospérer sont au nombre de deux : la corruption des autorités civiles et politiques et l’indulgence des tribunaux.

Grâce aux activités et aux témoignages recueillis, sa fondation est parvenue à présenter à la justice plus de 100 pédophiles étrangers, même si seul l’un d’entre eux a été condamné.

L’organisation est basée à Olongapo City, localité touristique du nord des Philippines connue pour son florissant marché du tourisme sexuel et par ailleurs proche de la base navale américaine de Subic Bay.  « Les collectivités locales deviennent complices de cette industrie – explique le prêtre – en accordant des licences à des centaines d’établissements appelés « Bar du sexe ».  La motivation officielle est de protéger le tourisme. Mais, de cette manière, elles encouragent seulement le tourisme sexuel, qui implique souvent des enfants, explique le missionnaire.
 
En outre, de nombreux fonctionnaires locaux reçoivent des pots-de-vin et la corruption y est des plus courantes. Dans d’autres cas, « ces mêmes fonctionnaires de l’Etat sont propriétaires des établissements dans lesquels ont lieu le commerce et les abus ». Il s’agit de démasquer et d’éradiquer, selon le Père Cuellen, une véritable « culture de l’abus ».

Le phénomène est confirmé par un récent rapport de l’ONG Save The Children, qui indique la corruption comme l’un des principaux motifs de la diffusion de la pédophilie aux Philippines. Ces dernières années, les réseaux de pédophiles se sont largement développés sur Internet, constituant une nouvelle menace pour les enfants.

Save The Children reproche au gouvernement philippin de ne pas être suffisamment engagé en matière de lutte contre les abus sur les mineurs et l’invite à en faire davantage.

IC

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.