Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Saint Jean Paul II
Aleteia logo
home iconPolitique
line break icon

Rémi Brague : le christianisme est porteur de liberté politique

StÈphane OUZOUNOFF/CIRIC

Solène Tadié - Publié le 03/01/14

Après avoir confié à Aleteia sa conception du libre arbitre, le professeur Rémi Brague décrit l’apport du christianisme à la liberté politique.

Dans la première partie de l’entretien que nous a accordé le professeur Brague, à l’occasion de sa conférence du 13 décembre dernier à Rome, il était question du libre arbitre, dans sa version philosophique et biblique. Cette fois, c’est la liberté dans sa dimension politique qui est explorée par le lauréat du prix de la Fondation Ratzinger. Selon lui, le christianisme a été en ce sens un facteur révolutionnaire.

Le 26 novembre 2003, lors d’une interview publiée dans le quotidien Il Giornale, celui qui était alors le cardinal Ratzinger s’est exprimé en ces termes sur l’apport fondamental du Christianisme à notre civilisation : « Jusqu’au Christ, l’identification entre le religieux et l’État, entre divinité et État, était presque nécessaire pour apporter de la stabilité à l’État. Par la suite, l’islam reviendra à cette identification entre le monde politique et religieux, avec l’idée que seul le pouvoir politique peut également moraliser l’humanité. En réalité, depuis Jésus Christ, nous trouvons tout de suite la position contraire : Dieu n’est pas de ce monde, il n’a guère de légions, c’est ce que dit le Christ ; Staline dit qu’il n’a pas de divisions armées (cf. la célèbre boutade de Staline : "Le Pape, combien de divisions ?"). Il n’a point de pouvoir mondain, il attire l’humanité à lui non pas par un pouvoir externe, politique ou militaire, mais seulement par le pouvoir de la vérité qui convainc, de l’amour qui attire […] Le monde de Dieu est absolu. Alors que l’État, lui, ne l’est pas […] La distinction entre l’État et la réalité divine créé l’espace d’une liberté dans laquelle une personne peut s’opposer à l’État […] C’est ainsi qu’est née une histoire de liberté ».

Invité à commenter cette assertion, Rémi Brague confirme que cette nouveauté chrétienne apparaît clairement lorsque l’on compare les pays marqués par le christianisme avec d’autres régimes, celui de la Cité grecque par exemple, de la Cité romaine, puis de l’Empire romain. « Dans ces régimes politiques antiques, explique-t-il, il n’existe d’une certaine manière pas de religion qui serait séparée du reste des choses. La religion fait partie d’un tout, qui comporte aussi des dimensions morales, politiques, économiques, etc. Ce qui est nouveau dans le christianisme, c’est d’avoir justement délimité le domaine du moral, de l’économique et du politique, par rapport au religieux ». 

Une nouveauté qui, comme le rappelle le philosophe, va fondamentalement à l’encontre de la nature humaine, dont la tendance intrinsèque est à la sacralisation de la puissance. Qu’il s’agisse de puissance naturelle (comme des dieux que l’on représentait avec des sexes énormes car ils étaient responsables de la fécondité animale, par exemple), ou de puissance politique (Jules César en est l’exemple type), l’être humain tend naturellement à sacraliser tout ce qui est source de puissance.

Le christianisme incarne la rupture avec ce système sacralisateur, en ce sens que le symbole, la réalité religieuse la plus haute, se trouve être le Christ en croix.  « Il n’est en aucun cas un ‘seigneur’ dans le sens de quelqu’un qui a une puissance, et on comprend dès lors pourquoi les premiers chrétiens ont pu susciter une sorte d’étonnement scandalisé lorsqu’ils disaient ’Kyrios Ièsous’, Jésus est notre Seigneur », ajoute Brague.

La formule alors communément acceptée était en effet ‘Kyrios Caesar ’ – César est notre Seigneur- car en toute logique, le ‘patron’ ne pouvait être que l’empereur.

« De fait, dire que le ‘patron’ est un crucifié implique mille conséquences… », conclut-il.

Pour visionner ou revoir la conférence du professeur Brague sur les racines bibliques de l’idée occidentale de liberté, cliquez ici.

Tags:
christianismePape Benoît XVIPolitiqueremi brague
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
4
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
5
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement