Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Fin de vie : « Je ne pratiquerai pas d’euthanasie »

© Otna YDUR / SHUTTERSTOCK.com
Partager

Le témoignage d’un médecin urgentiste canadien en réponse à « l’aide médicale à mourir », objet d’un projet de loi au Québec.

En plein débat sur l’euthanasie au Québec, où un projet de loi propose d’encadrer l’« aide médicale à mourir », un médecin urgentiste livre son témoignage, dans lequel il explique pourquoi il ne pratiquera jamais d’euthanasie.
 
Chaque jour en contact avec des gens vivant de « grandes souffrances », il s’appuie sur son expérience (14 ans comme médecin urgentiste) pour dénoncer cette pratique. Le médecin évoque notamment la « compassion envers les patients » invoquée par les partisans de l’euthanasie.
 
« Et si on abordait la question sous un autre angle, celui de la très grande majorité des patients atteints de maladies terminales ou dégénératives ? Ceux qui n’ont jamais, du moins jusqu’à présent, considéré l’option de l’euthanasie ? Cela permettrait peut-être de comprendre quel genre de pression on leur fait subir quand l’euthanasie fait partie intégrante des choix thérapeutiques », explique-t-il.
 
Bien souvent, poursuit-il, ces grands malades craignent « d’être un poids pour leur entourage, pour le personnel soignant, et pour la société en général. Je suis convaincu que ce phénomène très fort et omniprésent en mènera plusieurs à choisir l’euthanasie, non pas parce qu’ils auraient voulu spontanément y avoir recours, mais parce qu’ils sentent que c’est le seul choix “responsable”. N’est-ce pas triste d’en arriver là ? »
 
A ses yeux, la loi sur l’euthanasie, « en voulant accéder à la demande d’une infime minorité de patients, menace un bien plus grand nombre de malades, qui voudraient finir leur vie autrement qu’en y ayant recours. Ceux-ci se voient placés devant le dilemme suivant : continuer à consommer des ressources de temps, de personnel, d’argent, continuer à représenter un “poids” pour leur entourage, ou recourir à l’euthanasie ».
 
Sans compter, le risque, à la longue, d’une mise en œuvre de l’euthanasie pour « des raisons avant tout financières ». Il évoque enfin la diminution des soins palliatifs là où l’on pratique l’euthanasie
 
Pour lire l’intégralité du témoignage : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/391796/pourquoi-je-ne-pratiquerai-pas-l-euthanasie

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]