Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Nigéria face aux attaques islamiques : l’Etat d’urgence proclamé

© PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Partager

La mesure touche trois Etats du nord-est mais l’archevêque de Jos se dit « sceptique » quant au bien-fondé de cette décision

 

Le président Goodluck Jonathan a proclamé l’état d’urgence dans trois Etats du nord-est du Nigeria (Borno, Yobe et Adamawa). Mais l’archevêque de Jos, capitale de l’Etat de Plateau situé au centre du pays, est sceptique : « Je ne sais pas si cette mesure aura pour conséquence une réduction à court terme des activités criminelles et obtiendra un plus haut niveau de sécurité »(1) , a commenté Mgr Ignatius Ayau Kaigama. 
 
L’armée nigériane a en effet lancé l’assaut contre des camps de Boko Haram, une secte islamiste à l’origine d’une insurrection sanglante dans le Nord du Nigéria depuis 2009. 
 
Divisée entre un Nord à majorité musulmane et un Sud chrétien, la population du Nigéria a payé le prix fort dans ces affrontements qui ont fait des milliers de morts, notamment chez les chrétiens (cf. ce rapport de l’AED (2) qui fin 2012, dénombrait plus de 1000 chrétiens tués en 2 ans). 
 
C’est donc avec « scepticisme » que l’archevêque de Jos, président de la Conférence épiscopale du pays, a accueilli cette décision. Par le passé, a-t-il expliqué à l’agence missionnaire Fides, l’Etat d’urgence avait été proclamé dans certains Etats de notre Fédération, y compris l’Etat du Plateau, mais cela n’a pas donné les résultats escomptés. Au contraire, durant l’Etat d’urgence, la violence a augmenté ».
 
De fait, rapporte Fides dans un autre article (3), peu après la proclamation de l’état d’urgence dans le Nord du pays, le secrétaire de la Christian Association of Nigeria (CAN, association qui rassemble les principales confessions chrétiennes nigérianes et l’Eglise catholique), le pasteur pentecôtiste Faye Pama Musa, a été tué par des membres de la secte islamiste Boko Haram. Selon une première reconstitution des faits, les meurtriers seraient entrés dans l’habitation du pasteur et l’auraient tué en présence de sa famille.
 
Récemment, l’Eglise a notamment accusé le gouvernement nigérian de « laxisme », déplorant qu’il ne prenne pas les mesures nécessaires pour lutter contre Boko Haram (4). Cette secte serait notamment à l’origine de l'enlèvement de la famille française Moulin-Fournier, libérée le 19 avril dernier. 
 
(1) Cf. Fides
(2) Cf. AED
(3) Cf. Fides
(4) Cf.  News.va

 

 
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]