Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia
La fête du jour

Lundi 20 Mai
Bienheureuse María Crescencia Pérez

Religieuse argentine (✝ 1932)

© dolfi.com
Partager

Née María Angélica le 17 août 1897 en Argentine, morte le 20 mai 1932 à Vallenar au Chili. À l’âge de dix-huit ans, elle entre dans la Congrégation des Filles de Notre-Dame du Jardin, fondée à Chiavari par Saint Antoine-Marie Gianelli, évêque de Bobbio, et prend le nom de soeur María Crescencia. La Servante de Dieu surnommée « sœur douceur » vécut dans l’humilité, accomplissant des tâches subalternes avec une charité extraordinaire, apostolat et service accompagnés d’une vie intérieure intense.

« Le 17 novembre 2012, à Pergamino, en Argentine, a été proclamée bienheureuse Maria Crescencia Pérez, religieuse de la Congrégation des Filles de Notre-Dame du Jardin, qui a vécu dans la première moitié du siècle dernier. Elle est un modèle de douceur évangélique animée par la foi. Louons le Seigneur pour son témoignage ! » (Benoît XVI à l’issue de l’Angelus du 18 novembre)

Vous voulez découvrir d’autres histoires de saints ? Cliquez ici

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean :

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Celui qui reçoit mes commandements et les garde,
c’est celui-là qui m’aime ;
et celui qui m’aime
sera aimé de mon Père ;
moi aussi, je l’aimerai,
et je me manifesterai à lui. »
Jude – non pas Judas l’Iscariote – lui demanda :
« Seigneur, que se passe-t-il ?
Est-ce à nous que tu vas te manifester, et non pas au monde ? »
Jésus lui répondit :
« Si quelqu’un m’aime,
il gardera ma parole ;
mon Père l’aimera,
nous viendrons vers lui
et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
Celui qui ne m’aime pas
ne garde pas mes paroles.
Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi :
elle est du Père, qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi,
tant que je demeure avec vous ;
mais le Défenseur,
l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom,
lui, vous enseignera tout,
et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement