Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 19 septembre |
Saint Janvier de Naples
home iconAu quotidien
line break icon

Comment préparer et vivre la fête de l’Assomption en famille ?

WEB2-VIERGE MARIE-MARY-GODONG-FR457109B.jpg

Philippe Lissac I GODONG

Statue de la Vierge Marie, Salon de Provence.

Edifa - Publié le 31/07/21

Le 15 août, l’Église catholique commémore la fin de la vie terrestre de la Vierge Marie et sa montée au Ciel. Voici quelques conseils pour célébrer joyeusement cette grande fête en famille.

À la maison, préparons l’Assomption afin que les festivités familiales montrent aux enfants que ce jour-là n’est vraiment pas comme les autres. Les enfants (et pas seulement eux !) ont besoin de ces signes extérieurs qui manifestent l’allégresse de l’Église. À chaque famille d’inventer « sa » fête, avec peut-être des traditions familiales reprises chaque année.

Laisser libre cours à sa créativité

Le coin prière doit mettre à l’honneur une image ou une statue de Marie. Il peut être orné spécialement pour l’Assomption : fleurs, bougies, dessins d’enfants, prières composées et illustrées par eux. La prière familiale doit aussi prendre un éclat particulier. S’il n’y a pas de procession à la paroisse, on peut organiser une procession familiale (en invitant – pourquoi pas ? – des voisins et amis). Les enfants seront enchantés de préparer dans le jardin ou la maison, une sorte de reposoir pour la statue de la Sainte Vierge avec des branchages, des fleurs (naturelles ou confectionnées par eux en papier crépon), des bougies. Ils peuvent de même fleurir et décorer tout le trajet de la procession.

Les enfants peuvent aussi réaliser un vitrail ou un dessin illustrant l’Assomption de Marie ou encore une grande fresque montrant les mystères du Rosaire. Toute la famille peut participer à cette fresque. Il faut prévoir une longue feuille de papier blanc (une nappe en papier fait très bien l’affaire). On l’accroche au mur (en protégeant éventuellement ce dernier avec du plastique, de la toile cirée ou du papier journal), et on met à la disposition des artistes des feutres, des crayons, de la peinture à l’eau. Chacun peut venir y travailler quand il le souhaite, selon son inspiration, du benjamin au grand-père, en passant par les amis des uns ou des autres.

L’Assomption peut être l’occasion d’un pèlerinage familial : les sanctuaires mariaux ne manquent pas, sans parler des lieux privilégiés comme Lourdes, Pontmain, La Salette ou la rue du Bac.

Dire « oui » comme la Vierge Marie 

Préparer l’Assomption c’est aussi – et d’abord – se préparer personnellement à cette fête et aider les enfants à le faire. Il est essentiel qu’ils comprennent – ou du moins qu’ils pressentent – que Marie nous conduit toujours à son Fils. Marie ne nous garde pas pour elle, Marie n’arrête pas nos regards sur elle : elle nous tourne vers Dieu. Saint Maximilien Kolbe disait que Marie est comme un raccourci pour aller à Dieu. La meilleure manière d’honorer Marie est d’adorer son Fils. Et le plus court chemin pour aller au Christ est de nous remettre dans les mains de sa Mère. Ce qui signifie, concrètement : vivre avec et comme Marie. Prier et adorer comme elle et avec elle. Marie nous invite à répondre totalement à l’amour de Dieu, à nous laisser prendre par Lui à chaque instant.

La vie quotidienne de Marie était faite de très petites choses. Elle réalisait la perfection de l’amour de Dieu à travers les tâches ménagères sans éclat apparent. Sa réponse à l’amour de Dieu, c’était ces mille petits « oui » au cours de ses journées. Invitons les enfants à en citer quelques-uns : le premier « oui » de la journée quand Marie se lève, le « oui » du ménage fait à fond, le « oui » de la patience que demandent les soins à l’Enfant Jésus (qui est comme tous les bébés du monde), le « oui » de la prière quotidienne en famille, etc.

Parce que Marie était toute donnée, toute disponible, parfaitement souple dans la main de l’Esprit saint à travers ces « oui » de la vie quotidienne, elle a su aussi dire de grands « oui » quand cela lui fut demandé : le « oui » de l’Annonciation, le « oui » de la Passion. Rappelons cela aux enfants qui rêvent d’actions héroïques et s’imaginent chevalier sans peur ou médecin providentiel… mais ont plus de difficultés à s’incarner dans la peau bien réelle d’un enfant à qui le Seigneur demande aujourd’hui de petits « oui » sans éclats tels que mettre la table ou prêter son vélo.

Aider la paroisse à préparer la fête

Préparer l’Assomption c’est aussi proposer l’aide de toute la famille au curé de la paroisse (paroisse habituelle ou paroisse de vacances… C’est une bonne occasion de faire connaissance avec le prêtre du lieu). Il ne s’agit pas, bien entendu, de s’imposer mais de se mettre à la disposition de la paroisse. Les services que nous pouvons rendre sont multiples, selon nos compétences et les besoins locaux. Par exemple : faire le ménage à fond dans l’église, nettoyer ou restaurer la statue de la Vierge Marie, acheter des fleurs et composer des bouquets, servir la messe, participer à la chorale ou en improviser une pour l’occasion, collaborer à l’organisation et à l’animation de la procession, etc.

Par ailleurs, n’oublions pas que le prêtre peut souhaiter partager ce jour-là nos réjouissances familiales : osons l’inviter tout simplement à notre table. Même s’il décline l’invitation (il est peut-être invité ailleurs ou souhaite tout simplement un peu de calme au milieu d’une journée chargée), il sera certainement très touché par le fait que nous ayons pensé à lui et sera heureux de venir un autre jour.

Le jour du 15 août, participons avec ferveur à la messe et à la procession, s’il y en a une. Les petits gardent un magnifique souvenir, d’année en année, de ces processions aux flambeaux… qu’ils imitent volontiers, défilant dans le jardin avec des cierges imaginaires, en chantant d’enthousiastes « Ave Maria ».

Enfin, préparer l’Assomption c’est nous rendre plus disponibles à l’action de l’Esprit saint par la prière et les sacrements. La veille du 15 août, beaucoup de paroisses offrent la possibilité de recevoir le sacrement du pardon : ne l’oublions pas, même si cela doit nous priver d’une demi-journée de plage ou d’une excursion en montagne. Et prions les uns pour les autres afin qu’il nous soit donné à tous de vivre une belle fête de l’Assomption qui fasse grandir en nous l’amour de la Vierge Marie.

Christine Ponsard

Tags:
assomptionFamillefêtesVierge Marie

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
3
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
4
Raphaëlle Coquebert
« Marguerite-Marie Alacoque était une personnalité hors-norme et ...
5
Erick et Sylvie Pétard
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Attentats du 13 novembre : « Nos filles sont avec Dieu et...
6
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
7
Matthew McConaughey
Dolors Massot
La rencontre qui a changé la vie du héros d’Interstellar
Afficher La Suite