Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 01 mars |
Saint Aubin d'Angers
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

[VIDÉO] Il y a 70 ans, un appel historique

Clément Guénois - publié le 31/01/24

Il y a 70 ans, le 1er février 1954, l’abbé Pierre lance un retentissement appel à la radio après la mort d’une sans-abri à Paris. Un appel qui a alerté les consciences sur la problématique du mal logement et qui en a fait une vraie préoccupation nationale.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

En ce 1er février 1954, la France porte encore les stigmates infligés par la seconde guerre mondiale. Les conséquences sur les logements sont toujours visibles. Tandis que près de deux millions d’entre eux ont été détruits ou sont endommagés, les constructions peinent à sortir de terre. À cela s’ajoute la hausse de la population urbaine en raison d’une accélération de l’exode rural afin de trouver du travail. On estime à 4 millions le nombre de logements manquants. 

Les années 1950 et 1960 ont été marquées par l’apparition de bidonvilles. On compte une centaine de bidonvilles dans la région parisienne. Nanterre est un des plus grands avec 10.000 personnes entassées dans des baraquements. À cette situation déjà extrêmement tendue vient s’ajouter, en cet hiver 1954, des conditions météorologiques extrêmement rudes. La France connaît cette année-là un des hivers les plus froids avec des températures pouvant descendre à -15 degrés à Paris.

« L’insurrection de la bonté »

C’est dans ce contexte que l’abbé Pierre, qui a fondé cinq ans plus tôt le mouvement Emmaüs, lance le 1er février 1954 son poignant appel sur les ondes de Radio Luxembourg (qui deviendra RTL). « Mes amis, au secours… Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant hier, on l’avait expulsée… », déclare-t-il. Ce soir-là, 2.000 personnes dorment dehors à Paris. Le lendemain de son appel, une vague de générosité déferle à l’Hôtel Rochester: couvertures, tentes, nourriture, argent et bénévoles arrivent en grande quantité pour la fondation de l’abbé Pierre. La RATP met à disposition des sans-abri quatre stations de métro désaffectées. C’est ce qu’on appellera par la suite « l’insurrection de la bonté ».

Les dons sont si nombreux qu’ils sont stockés dans la gare d’Orsay. 500 millions de francs sont récoltés. Charlie Chaplin, Charles de Gaulle ou encore Yves Montand font partie des donateurs. Cette somme permet de construire des hébergements d’urgence. Trois jours plus tard, le 4 février 1954, le parlement adopte l’affectation de 10 milliards de francs pour la construction de 12.000 logements de première nécessité.

Cet appel est un tournant dans l’opinion publique. Les Français prennent la mesure de la gravité de la situation. Désormais, à la suite d’un abbé catholique, l’État prend sa part pour lutter contre le mal logement. Des dizaines d’associations, chrétiennes ou non, osent dire avec l’abbé Pierre :  « Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t’aime. » 

Tags:
Abbé Pierreemmauslogement
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement