Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 05 mars |
Sainte Olive
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Saint-Siège : une diplomatie acrobatique ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
Pope Francis during his weekly general audience in St. Peter's square

Antoine Mekary | ALETEIA

Jean-Baptiste Noé - publié le 30/11/23

Quand deux belligérants s’affrontent, comment défendre la paix sans soutenir officiellement une partie ? Comment montrer de la sollicitude pour les uns sans donner l’impression de dénigrer les autres ? Visant à rester neutre dans les conflits, analyse Jean-Baptiste Noé, auteur de "François le diplomate" (Salvator), le Saint-Siège assume l’art délicat de la diplomatie acrobatique.

Rencontre à haut risque pour le Pape le 22 novembre dernier. Avant l’angélus du mercredi, François a tenu à rencontrer des familles d’otages du Hamas ainsi que des Palestiniens. Une rencontre nécessaire pour témoigner de la sollicitude du Pape à l’égard des victimes du Hamas et de la guerre qui sévit à Gaza, mais qui doit maintenir la neutralité du Saint-Siège, lequel ne prenant parti ni pour Israël ni pour les Palestiniens, mais pour la paix et la concorde en Terre sainte. Un message difficilement audible dans un conflit qui dure depuis plusieurs décennies où la part émotionnelle est forte. 

Le choix des mots, potentiellement explosifs

Dans cette rencontre qui se voulait simple, le Pape écoutant et échangeant avec les personnes présentes, tout détail était sujet à chausse-trappes et incompréhension potentielle. Ainsi du temps dévolu à la rencontre, qui devait être le même pour tous afin de ne pas donner l’impression de favoriser un camp par rapport à l’autre. La nécessité aussi que les deux parties ne se croisent pas, ce qui obligea à organiser les échanges dans deux salles différentes, mais proches pour que le Pape puisse aisément aller de l’une à l’autre. Le choix des mots, aussi, potentiellement explosifs. D’autant plus explosifs que la question de la langue utilisée est cruciale, le Pape s’exprimant en espagnol quand ses interlocuteurs parlaient anglais ou arabe. Or un mot peut avoir une signification plus ou moins forte dans une langue, un concept peut être mineur dans un espace culturel et majeur ailleurs. 

Difficulté aussi pour des rencontres qui sont privées, mais dont l’existence et la teneur fuitent, les rendant de facto publiques. Comme l’a exprimé une participante israélienne : « Le Pape est très respecté dans le monde musulman, dans le monde juif ; quand il parle, le monde écoute. » C’est à la fois un bel hommage rendu à la diplomatie vaticane, mais aussi une lourde responsabilité placée sur les épaules d’un homme dont chaque mot est commenté et interprété. Ainsi, plusieurs participants palestiniens ont dit avoir entendu le Pape prononcer le terme de « génocide » pour qualifier la guerre à Gaza, ce que les services diplomatiques du Saint-Siège ont nié.

Tenir l’équilibre

Sur le dossier de Gaza, comme dans beaucoup d’autres, le Saint-Siège est en position d’équilibriste. Il ne veut pas donner l’impression de soutenir un camp en particulier, mais chacun lui reproche de ne pas en faire assez pour lui et donc de soutenir l’autre camp. Une grande importance est accordée à la diplomatie du Saint-Siège, parfois trop eu égard à son influence réelle, si bien que les parties prenantes attendent aussi beaucoup du Pape, comme si un discours, un mot, une intervention pouvait régler des problèmes anciens et souvent insolubles. Une situation qui n’est pas nouvelle. 

Le Saint-Siège est un État souverain, qui a sa propre diplomatie et ses propres objectifs.

Durant la Première Guerre mondiale, Benoît XV était « le pape boche » chez les Français et un pape français chez les Allemands. Pendant la Guerre froide, Paul VI était présenté comme « l’aumônier de l’Occident » chez les Soviétiques mais comme trop proche de l’URSS chez certains mouvements américains. Si bien qu’il fallut attendre la présidence de Ronald Reagan pour que les États-Unis établissent des relations diplomatiques officielles avec le Saint-Siège, après une intervention personnelle du président des États-Unis. 

Assad ou Poutine ?

Le pontificat du pape François n’échappe pas à cette critique. Quand, en septembre 2013, il s’est opposé à une intervention militaire en Syrie, les mouvements anti-Assad l’ont présenté comme un affidé du régime de Damas et un soutien de la Russie poutinienne. Quand, à l’automne 2022, il a évoqué « les aboiements de l’OTAN » aux portes de la Russie, d’aucuns y ont vu un soutien à la Russie contre l’Ukraine. Quand enfin, il négocie un traité de bonne entente entre Rome et Pékin, cela est parfois présenté comme une reconnaissance de la Chine communiste contre Taïwan. Quoi que dise le Pape, cela convient rarement à l’ensemble des partis, chacun trouvant qu’il ne défend pas assez ses intérêts. 

C’est oublier que le Saint-Siège est un État souverain, qui a sa propre diplomatie et ses propres objectifs. Il n’est pas là pour abonder dans le sens des États-Unis, de Moscou, de Paris ou de Pékin, mais pour défendre, d’abord, la liberté de culte des chrétiens dans le monde. Ensuite, il présente des principes aux États, des buts idéaux à atteindre, en sachant que la diplomatie doit s’accommoder de la réalité. Un État qui ne dispose d’aucun moyen de pression ne peut nullement contraindre ou imposer ses vues. Il ne lui reste que la parole, le travail en sous-main, les négociations discrètes. Le Pape parle, au balcon de Saint-Pierre ou dans la salle Paul VI, sa diplomatie agit, dans l’ombre et la discrétion. Ce n’est ni spectaculaire ni médiatique, mais c’est la seule condition pour que l’objectif de la paix puisse être atteint. 

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
diplomatieGuerrePape François
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement