Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 16 juin |
Saint Jean François Régis
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Le premier tableau de Delacroix se trouve dans une toute petite église des Yvelines

DELACROIX-ORCEMONT

Philippe Duperray / CS

"Vierge des moissons", d'Eugène Delacroix.

Sophie Roubertie - publié le 15/09/23

Qui imaginerait que le tout premier tableau commandé à Eugène Delacroix puisse représenter une "Vierge des moissons" ? Inspirée par Raphaël, la toile du peintre de "La liberté guidant le peuple", a pour écrin l’église paroissiale Saint-Eutrope du village d’Orcemont, près de Rambouillet (Yvelines).

Comment un village de 1.000 habitants peut-il receler un tel trésor ? À 19 ans, Eugène Delacroix est en situation précaire, orphelin et de santé fragile. Le jeune étudiant de l’École des Beaux-Arts est accueilli par un propriétaire terrien du village d’Orcemont, situé à quelques kilomètres de Rambouillet, pour lui permettre de se reposer. Afin de le soutenir, l’agriculteur lui commande un tableau. Cette première commande sera payée quinze francs.

Contrairement à d’autres tableaux, dont la provenance a été découverte tout à fait par hasard, ce Delacroix a toujours été accroché dans l’église. À peine achevé, il a été offert à la paroisse pour trouver sa place au-dessus de l’autel de la Vierge, auquel il était, dès l’origine, destiné. Son existence n’a pas été qu’un long fleuve tranquille. Volée en 1991, la “Vierge des moissons” a heureusement été retrouvé trois ans plus tard. Depuis, la sécurité du lieu et de l’œuvre a été sérieusement améliorée.

Une inspiration prestigieuse

Le thème retenu par le commanditaire était précis : il s’agissait de réaliser un retable pour l’église du village. La composition s’inspire, très librement, de la “Belle jardinière”, un tableau de Raphaël, conservé au musée du Louvre, représentant une Vierge à l’Enfant avec Saint Jean-Baptiste. Delacroix avait eu l’occasion de copier cette œuvre emblématique, comme le faisaient beaucoup d’étudiants en art. De l’original prestigieux du maître de la Renaissance italienne, Delacroix a conservé la Vierge et l’Enfant-Jésus, agençant différemment les personnages, faisant disparaître le saint Jean-Baptiste.

DELACROIX-ORCEMONT
“Vierge des moissons”, d’Eugène Delacroix.

Le peintre simplifie le paysage toscan. On devine les champs de blé que le peintre devait avoir sous les yeux, horizon vallonné de cette région agricole située au sud d’un département qui ne s’appelait pas encore les Yvelines, mais appartenait à la Seine-et-Oise. Un bouquet de fleurs des champs met en valeur la richesse de la flore locale, mêlée aux blés en été.

Un tableau témoin

Au premier plan les gerbes de blé donnent son titre au tableau. Et, le croiriez-vous ? Elles ne sont pas dessinées de n’importe quelle manière : elles nous apprennent comment elles étaient liées il y a deux cents ans en Ile-de-France, suivant la technique dite de la “pougnade”. Un témoignage de pratiques disparues.

Si l’œuvre de Delacroix n’a jamais changé de localisation, outre son vol, elle n’est pas pour autant restée sur place. Elle a eu son lot de voyages, accueillie par les musées du monde entier. Le plus récent l’a emmenée il y a quelques années au Japon, pour une exposition consacrée à Victor Hugo et au romantisme. Depuis, sa boîte de transport, réalisée sur mesure, attend un nouveau départ.

Tags:
Arts
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement