Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 27 novembre |
Fête de la Vierge Marie en son icône du signe
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Revue de presse : Récit de l’attentat de la Pentecôte au Nigeria

Article réservé aux membres Aleteia Premium
CHRISTIAN PERSECUTION

AFP

L'église catholique Saint-François dans la ville d'Owo (Nigeria) où a eu lieu l'attaque du 5 juin 2022.

La rédaction d'Aleteia - publié le 17/06/22 - mis à jour le 18/06/22

Chaque jour, Aleteia vous propose une sélection d'articles de la presse internationale concernant l'Église et les grands débats qui préoccupent les catholiques à travers le monde. Les opinions et les points de vue exprimés dans ces articles ne sont pas ceux de la rédaction.

Vendredi 17 juin 2022

1 – Un récit de l’attentat de la Pentecôte au Nigeria 
2 – La controverse liturgique est une “tragédie”, déplore un responsable du Vatican
3 – Canada : les préparatifs continuent, malgré l’incertitude entourant la santé du Pape
4 – Près de 500 ans après la dissolution, les monastères anglais marquent toujours le paysage
5 – 27 nouveaux martyrs béatifiés dans la cathédrale de Séville

1Récit de l’attentat de la Pentecôte au Nigeria

Alors que la congrégation de la paroisse Saint-François-Xavier d’Owo, dans le sud du Nigeria, prononçait les dernières phrases de la messe de Pentecôte le 5 juin, des inconnus armés ont pénétré dans l’église. Le père Andrew Abayomi, qui présidait la célébration, raconte le drame au magazine espagnol Alfa y Omega. Il raconte qu’il n’a pas compris ce qui se passait au début et que les fidèles ont réussi à fermer « courageusement » les portes d’entrée lorsque les hommes armés sont arrivés. Cependant, ils sont entrés par une porte latérale et ont poursuivi leur massacre. Ils s’approchaient de la sacristie, où le prêtre et d’autres personnes s’étaient réfugiés, lorsque l’arme de l’assaillant s’est enrayée. Lorsque, 20 minutes plus tard, un fidèle qui avait réussi à s’échapper leur a dit qu’ils pouvaient partir en toute sécurité, le prêtre et d’autres fidèles sont sortis dans une scène terrible, leur paroisse étant remplie de sang et de corps. Ils ont placé les blessés dans différentes voitures et ont fait plusieurs voyages vers l’hôpital. « La persécution des chrétiens est bien réelle » et « quiconque dit le contraire est malhonnête », a déclaré l’évêque d’Ondo, Jude Arogundade, à propos de la situation au Nigeria. Le père Abayomi compare leur expérience à celle des premiers chrétiens persécutés, affirmant que « Dieu nous a sauvés pour raconter la véritable histoire et être la force des familles battues. » 

Alfa y Omega, espagnol 

Dans les colonnes de Vatican News, média officiel du Saint-Siège, le préfet du dicastère pour le Culte divin et la discipline des sacrements, le futur cardinal Arthur Roche, revient sur la polémique suscitée après la publication du Motu proprio Traditionis custodes restreignant la possibilité de célébrer la messe selon le Missel de 1962. « C’est une tragédie qu’il y ait aujourd’hui cette controverse, ces soi-disant « batailles » sur la liturgie, car l’eucharistie est, par nature, le sacrement qui unit toute l’Église”, argue-t-il, avant de mettre le doigt sur un des problèmes de notre époque : « La croissance de l’individualisme et du relativisme, du ‘je préfère ceci’ ». Or, rappelle le préfet, « la célébration de la messe n’est pas une question de choix personnel. Nous célébrons en tant que communauté, en tant qu’Église tout entière, et l’Église au cours des siècles a toujours réglementé la forme de liturgie qu’elle a jugée plus pertinente pour une époque donnée ». Le britannique assure en outre que le pape François n’est « pas contre la messe en latin » et que la liturgie post-conciliaire admet bien le latin. Le Motu proprio souhaitait en réalité réglementer le recours au Missel de 1962 et en arrêter la promotion, « parce qu’il était clair que le Concile, les évêques du Concile, sous l’inspiration du Saint-Esprit, mettaient en avant une nouvelle liturgie pour la vitalité de la vie de l’Église. Et cela est vraiment très important. Et résister à cela, c’est quelque chose qui est vraiment très grave, aussi ».

Vatican News, français

3Canada : les préparatifs continuent, malgré l’incertitude entourant la santé du Pape

Après le Liban, la République démocratique du Congo et le Soudan du Sud, le pape François va-t-il annuler son déplacement au Canada prévu du 24 au 30 juillet prochain ? Tel est la question que se pose le média canadien Presence qui rappelle que le Pape souffre de son genou. « Nous avons des contacts quotidiens avec le Vatican. Nous n’avons aucun signal comme quoi il faut ralentir le rythme. On se prépare pour que le voyage ait lieu », assure la directrice des communications de l’archidiocèse de Québec. « Nous prenons grand soin de prévoir des périodes de repos importantes pour le Saint-Père et de veiller à ce que sa participation aux événements soit limitée dans le temps – environ une heure dans la plupart des cas », détaille de son côté le chef principal des communications pour la visite papale au Canada, Neil MacCarthy. 

Presence, français

4Près de 500 ans après la dissolution, les monastères anglais marquent toujours le paysage

« Le bouleversement le plus dramatique et le plus rapide du tissu social et architectural de l’histoire de ce pays ». C’est en ces termes que Jane Whitaker, professeur d’histoire sociale et architecturale à l’Université d’Oxford, décrit la façon dont les moines et moniales britanniques ont été expulsés de leurs monastères après la décision du roi Henri VIII de rompre brutalement avec Rome au XVIe siècle. Pour résumer : en 1535, il y avait environ 850 maisons monastiques à travers l’Angleterre et le Pays de Galles. En 1540 il n’en restait plus !  Aujourd’hui, moins d’une centaine de monastères a été préservée. Certains bâtiments survivants sont devenus des cathédrales ou des collèges pour les universités, tandis que d’autres sont tombés en ruine. Ces vestiges sont comme les cicatrices de cette sombre période. 

Crux, anglais

527 nouveaux martyrs seront béatifiés samedi en la cathédrale de Séville

Samedi 18 juin, 27 martyrs seront béatifiés lors d’une cérémonie présidée par le cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, à la cathédrale de Séville, dans le sud de l’Espagne. La béatification a été décrétée par le pape François en décembre 2019 mais n’a pas pu être célébrée avant en raison des restrictions sanitaires de la pandémie. Le groupe qui sera béatifié est composé de 25 frères dominicains, martyrisés dans les villes d’Almagro et d’Almeira, d’un journaliste laïc tué à Almeria et d’une religieuse dominicaine morte à Huéscar, tous entre l’été 1936 et les premiers mois de 1937. « J’ai tellement travaillé et souhaité la grandeur de nos frères martyrs que ce samedi sera pour moi un jour heureux, un jour que j’ai tant désiré pendant de nombreuses années », a déclaré le frère dominicain Baldomero de Prado Álvarez, qui a rejoint la Congrégation à 14 ans. 

Leon Noticias, espagnol

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
Béatification et canonisationCanadaLiturgiemonastereNigeriaPape FrançoisVaticanvoyage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement