Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 07 juillet |
Saint Ralph Milner
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Nigeria : « L’insécurité a pris le contrôle de notre pays »

CHRISTIAN PERSECUTION

AFP

L'église catholique Saint-François dans la ville d'Owo (Nigeria) où a eu lieu l'attaque du 5 juin 2022.

Filipe Avillez - AED - publié le 09/06/22 - mis à jour le 10/06/22

Un nouveau bilan fait état de 40 morts et d’une soixantaine de personnes hospitalisées à la suite du massacre perpétré dans une église au Nigeria dimanche 5 juin. Le père Augustine Ikwu, directeur des communications sociales pour le diocèse où a eu lieu l’attaque, revient sur ce drame.

Un véritable massacre. Quarante personnes (d’après un nouveau bilan provisoire, ndlr), dont au moins cinq enfants, ont été tuées lors de l’attaque d’une église située dans le sud-ouest du Nigeria, à Owo, dimanche 5 juin. Des hommes armés munis d’explosifs ont attaqués l’église lors de la messe du matin, jour de la Pentecôte. Directeur des communications sociales pour le diocèse où a eu lieu le massacre, le père Augustine Ikwu revient sur le choc provoqué par un tel drame et l’état d’insécurité dans lequel s’enfonce le pays.

Que savons-nous des assaillants ?
Père Augustine Ikwu :
Nous n’avons encore rien de concret. Il y a eu tellement de spéculations, mais nous ne voulons pas donner de pronostics qui pourraient s’avérer incorrects. Certaines de ces spéculations semblent tout à fait logiques et correspondent à la situation générale de notre pays en ce moment, comme l’insécurité, les conflits politiques et les conflits entre les bergers peuls et les agriculteurs. Bien que nous n’affirmions pas que ces spéculations sont fausses, nous ne les confirmons pas non plus. Il s’agit de probabilités, mais tant que nous n’aurons pas pu nous renseigner sur les faits, nous ne pourrons rien dire. Espérons que quelqu’un sera attrapé et avouera les véritables motifs de l’attaque.

Nous appelons le monde à être conscient de l’état d’insécurité, non seulement actuellement dans notre État, mais aussi dans tout le pays, parce qu’à ce stade l’insécurité a littéralement pris le contrôle du pays.

Les conflits dans cet État d’Ondo sont-ils courant ?
Cet État (celui d’Ondo dans lequel a lieu les attaques, ndlr) est en général pacifique. Parfois, il y a des problèmes, mais ce ne sont pas des situations graves. Il est difficile de croire que les musulmans locaux feraient quelque chose comme ça. Il y a toujours eu une nette distinction entre les musulmans du nord et du sud. Les musulmans qui vivent dans notre région du Sud ouest sont relativement pacifiques, et ils ont publiquement condamné cette atrocité.

Quelle est l’urgence en ce moment ?
La période est difficile pour nous, et nous appelons le monde entier à prier pour nous, à prier pour les défunts, les blessés et leurs familles au sein du diocèse. Nous avons commencé une neuvaine aujourd’hui, et nous appelons tout le monde à se joindre à nous dans cette démarche. Nous appelons également tous ceux qui le peuvent à nous aider dans l’enquête sur le terrain. Mais nous appelons également le monde à être conscient de l’état d’insécurité, non seulement actuellement dans notre État, mais aussi dans tout le pays, parce qu’à ce stade l’insécurité a littéralement pris le contrôle du pays. Et si je pouvais dire quelque chose au gouvernement actuel, je dirais qu’il n’est pas déshonorant de démissionner lorsqu’on est confronté à une situation qu’on ne peut pas gérer. Si le pays est devenu ingouvernable, il devrait être honorable de démissionner et de laisser la place à quelqu’un qui puisse intervenir en étant en mesure de mieux gérer la situation. Nous ne devons pas laisser la cupidité nous guider.

Même dans de telles situations, nous répondons au mal par la paix.

Craignez-vous que la communauté chrétienne puisse tenter de se venger des coupables présumés de ce qui s’est passé ?
L’évêque a continué d’appeler la population à rester pacifique, respectueuse des lois, et à ne pas se faire justice. Personne ne devrait sortir afin de rendre le mal pour le mal. Ce n’est pas du tout le mode de vie chrétien. Même dans de telles situations, nous répondons au mal par la paix. C’est facile à dire, mais difficile à pratiquer, cependant, sur le long terme, nous découvrons que c’est ce qu’il y a de mieux pour la société. Nous espérons en Dieu. Nous sommes comme les trois compagnons de l’Ancien Testament qui ont été jetés dans la fournaise. Ils ont dit : « Si notre Dieu ne peut pas nous sauver, alors périssons dans la fournaise », et Dieu les a sauvés. Alors peut-être que c’est aussi un défi lancé à Dieu, parce qu’à ce sujet, les gens font appel à Lui, vu qu’ils ne peuvent vraiment pas contrôler la situation. Nous espérons qu’Il nous aidera, nous croyons qu’Il le fera, mais nous avons peur. Les gens voudront peut-être prendre les choses en main, parce que beaucoup de gens n’ont plus confiance. Nous avons donc lancé des appels au grand public pour qu’il évite cela et ne cause pas plus de dommages.

Tags:
Chrétiensmassacreminorites religieusesnigeriapersécutions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement