Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 24 juin |
Saint Jean Baptiste
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Angélus : il n’existe pas de “Dieu impitoyable et violent”

POPE-FRANCIS-ANGELUS-SUNDAY-Antoine-Mekary-ALETEIA

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - publié le 20/03/22

Ce n’est pas Dieu mais "nos choix erronés et violents qui déchaînent le mal", a déclaré le pape François lors de l’Angélus, ce 20 mars 202. En effet, a-t-il insisté, "là où règnent l’amour et la fraternité, le mal n’a plus de pouvoir !"

Devant une place remplie d’environ 30.000 fidèles selon la Gendarmerie vaticane, le pontife a reconnu que « l’actualité criminelle » pouvait souvent procurer un sentiment d’impuissance face au mal, comme s’il s’agissait d’une « punition de Dieu ». Il a cité ceux qui pensent que Dieu déclenche « une guerre ou une pandémie » pour punir l’humanité de ses péchés. 

Il est aussi tentant de se demander, ajouté le successeur de Pierre, « pourquoi le Seigneur n’intervient […] pas ». On peut aussi considérer que son « engagement pour le bien est inutile dans un monde où le mal semble régner ».

Le chef de l’Église catholique a cependant enjoint à « faire attention » à cette tentation d’accuser Dieu, qui est la preuve d’un manque de « lucidité » face à « ce que nous ne pouvons pas expliquer ». On lui attribue trop souvent « nos malheurs et les malheurs du monde » alors qu’il « nous laisse libres » et n’intervient « jamais en imposant, seulement en proposant ». 

Au contraire, a insisté le pape François, Dieu « n’utilise jamais la violence » et « souffre pour nous et avec nous ». Il met donc en garde contre la croyance en un « Dieu impitoyable et vindicatif, qui n’existe pas ».

La miséricorde paternelle de Dieu

Plutôt que blâmer Dieu, a poursuivi le Souverain pontife, il s’agit de « regarder en [soi] même » car « c’est le péché qui produit la mort ». Dieu appelle à la conversion, « une invitation pressante, surtout en cette période de Carême », poursuit-il, enjoignant les chrétiens à l’accepter « avec un cœur ouvert ».

Heureusement, Dieu est le « Dieu de la seconde chance », et sa miséricorde est pleine d’une patience infinie, a insisté le pape. Il est « le meilleur des pères », et « ne voit pas les résultats que tu n’as pas encore atteints, mais les fruits que tu peux encore porter ».

Tags:
AngelusÉgliseGuerrePape FrançoisSouffranceVaticanviolence
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement