Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 22 janvier |
Saint Vincent de Saragosse
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Après sa violente agression, la foi transformée de Matthieu

Matthieu Noli

© MN

Lauriane Vofo Kana - publié le 14/01/22

Il y a plus de 20 ans, Matthieu Noli a survécu à une agression qui lui a fait frôler la mort. Aujourd’hui romancier, il témoigne d’une épreuve qui a transformé sa foi.

Cinq mots et une supplique : « Je ne veux pas mourir ; Seigneur, donne-moi une seconde chance. » Ces paroles qu’il a répétées au moins une centaine de fois il y a plus de vingt ans, Matthieu Noli ne les oubliera jamais. Tout commence comme un début de week-end ordinaire. Cette nuit du 31 août 2001, l’ancien étudiant en histoire rend visite à un ami à Toulouse. Après une soirée surprise avec « d’autres copains », il se lance à la recherche de son pied-à-terre pour la nuit.

J’ai dit au Bon Dieu : “Seigneur, je peux faire quelque chose de bien dans ma vie, donne-moi une seconde chance…”

« Je me souvenais d’une seule chose : mon ami habitait au-dessus d’un restaurant à proximité de la place du Capitole. J’ai alors demandé mon chemin à une première personne puis à une deuxième. Jusqu’à tomber sur un type. » L’inconnu, grand, barbu avec un visage un peu anguleux n’est pas très avenant. « Je lui dis bonsoir, que je cherche une adresse et lui, il m’envoie chier, raconte le romancier. Je m’énerve et je fais l’erreur de l’insulter. Il me rétorque alors : “Qu’est-ce tu me veux ?” » Ni une ni deux, Matthieu reçoit un coup de couteau à l’abdomen et un autre à la gorge. S’il ne mesure pas la gravité de ses blessures, le trentenaire finit par remarquer qu’il perd beaucoup de sang. Et, arrivant à la hauteur d’une voiture de police, les agents lui viennent en aide et appellent les secours.

Deuxième chance

Son pronostic vital est engagé avec un poumon perforé et une entaille profonde au cou. D’un instant à l’autre, son lit d’hôpital peut devenir son lit de mort. Matthieu Noli se plonge alors dans la prière : « J’ai dit au Bon Dieu : “Seigneur, je peux faire quelque chose de bien dans ma vie, donne-moi une seconde chance…” J’ai été exaucé. »

Après trois semaines d’hospitalisation, le patient est un homme changé . « C’est ma deuxième vie qui commençait avec un radeau constitué de trois planches : la foi, devenue vraiment vivante, l’amour et l’écriture. » Celui qui était jusqu’alors bourlingueur et multipliait les expériences professionnelles dans différents domaines se risque à la vocation qui l’avait toujours séduit : écrire. « Survivre à ces coups de couteaux n’a pas fait de moi un surhomme, je reste plein de misères. J’affectionne la prière du pèlerin russe et la petite Thérèse. »

Deux décennies plus tard, Matthieu Noli infuse dans ses livres la joie de croire qui l’habite. Allant jusqu’à faire proclamer à un personnage de son dernier roman, La Conversion d’Arthur Grandin, la foi qui l’anime. « Nous avons la foi joyeuse de ceux qui se drapent dans le manteau des faiblesses partagées, la foi paisible de ceux qui savent que la charité finira par l’emporter, et la foi légère de ceux qui croient qu’Il viendra nous relever. » Quand on lui demande s’il éprouve du ressentiment contre celui qui l’a poignardé, le père de famille répond, rieur, : « Quelque part, cette personne m’a sauvé la vie ! »

Tags:
agressionconversionFoi
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement