Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 14 août |
Saint Maximilien Kolbe
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Père Awesuh, ex-otage au Nigeria : « J’ai échappé de justesse à la mort »

ACN-20180920-76968-2.jpg

Secretariat of Nigeria (CSN) Directorate of Social Communications

Berger peul au Nigeria.

Patience Ibile - AED - publié le 01/12/21 - mis à jour le 01/12/21

Enlevé par des bergers peuls musulmans au printemps 2021, le père Bako Francis Awesuh, prêtre au Nigeria, a vécu un calvaire qui a duré un mois. Il décrit dans un témoignage glaçant et bouleversant les conditions de sa captivité. "J'ai échappé de justesse à la mort", assure-t-il.

Prêtre de la paroisse Saint-Jean-Paul II de Gadanaji, dans l’État de Kaduna, au centre du Nigeria, le père Bako Francis Awesuh, 37 ans, a été enlevé pendant un mois, au printemps 2021, par des bergers peuls musulmans. Souvent affiliés à des organisations terroristes telles que Boko Haram et l’État islamique-Province d’Afrique de l’Ouest, ils sont responsables d’attaques meurtrières des agriculteurs chrétiens le long de la ceinture centrale du Nigeria. Témoignage.

Comment avez-vous été enlevé ?
Père Bako Francis Awesuh : C’est arrivé le 16 mai, à 23 heures exactement. J’ai entendu des coups de feu et j’ai rapidement éteint le téléviseur. En éteignant la lumière, j’ai vu des ombres et entendu des pas. J’ai soigneusement ouvert le rideau pour voir ce qui se passait. J’ai vu cinq bergers peuls corpulents et bien armés, je les ai reconnus par leurs vêtements et par la façon dont ils parlaient. J’étais dans la confusion, ne sachant pas quoi faire, car je me sentais complètement perdu. Quelqu’un a alors frappé à ma porte. J’avais les jambes glacées et le corps raide. Je transpirais abondamment.

L’un des hommes m’a poussé au sol, m’a attaché et m’a fouetté sans pitié.

Ils ont continué à frapper, mais, effrayé, j’ai refusé d’ouvrir la porte. Ils ont enfoncé la porte et sont entrés de force. L’un des hommes m’a poussé au sol, m’a attaché et m’a fouetté sans pitié, en disant ka ki ka bude mana kofa da tsori (« nous te torturons parce que tu nous as laissés dehors longtemps et que tu as refusé d’ouvrir la porte quand nous frappions »). Ils m’ont déshabillé, ne me laissant que mon caleçon.

Où avez-vous été retenu en captivité ?
Avec dix de mes paroissiens, nous avons été enlevés. Nous avons marché pendant trois jours dans la brousse sans nourriture ni eau, en ne recevant que des mangues comme nourriture. Nous avions faim, nous étions fatigués et affaiblis. Nos jambes nous faisaient très mal et nos pieds étaient enflés alors que nous marchions pieds nus. Les deuxième et troisième jours, il y a eu de la pluie, mais nous avons dû continuer à bouger.

Quelles ont été les conditions de votre détention ?
Le troisième jour, nous sommes arrivés dans un camp au fond de la forêt. Dans ce camp, il y avait une petite cabane où ils nous gardaient. À notre arrivée, on nous a servi du riz avec de l’huile et du sel, comme à des prisonniers. Ça a été notre routine alimentaire tout au long de notre séjour dans la brousse. Les femmes qui avaient été enlevées avec moi faisaient la cuisine. Nous avons passé un mois et cinq jours dans la brousse. Pendant notre captivité, nous n’avons été autorisés à nous baigner à aucun moment. Nous devions uriner et faire nos besoins dans la cabane. Nous avions une odeur de cadavre et la cabane sentait la morgue.

Nous avons été torturés et menacés de mort si une rançon de 50 millions de nairas (environ 110.000 euros) n’était pas payée. Nos familles ont été contactées par téléphone pour payer la rançon en échange de nos vies. Elles ont supplié nos ravisseurs et négocié avec eux, jusqu’à ce qu’ils acceptent finalement la somme de 7 millions de nairas (15.000 euros).

Avez-vous tenté de fuir ?
Certains de mes paroissiens avaient essayé de nous sauver des ravisseurs. Trois personnes y ont perdu la vie : Jeremiah Madaki, Everest Yero, notre secrétaire de paroisse, et un homme âgé. Ils nous avaient retrouvés.

Chaque fois que j’ouvrais la bouche pour prier, les mots me manquaient. Tout ce que je pouvais dire, c’était : Seigneur, aie pitié.

Oh, quel chagrin d’avoir vu trois de mes paroissiens abattus de sang-froid, juste sous mes yeux – et je n’ai rien pu faire. Ça a été très douloureux ! À cet instant-là, je me suis senti impuissant, désespéré, inutile et anxieux ! Je désirais que la mort m’emporte au plus vite, alors que je gardais en tête la scène de ces meurtres. Je n’arrivais pas à prier à cause du choc dans lequel j’étais. Chaque fois que j’ouvrais la bouche pour prier, les mots me manquaient. Tout ce que je pouvais dire, c’était : Seigneur, aie pitié.

Vous avez fini par être libéré avec vos dix paroissiens…
Nos familles ont pu payer la rançon et, pour la plus grande gloire du nom de Dieu, nous avons été libérés et en sommes sortis vivants. J’ai échappé de justesse à la mort. Je connais tant de prêtres enlevés avant et après moi qui ont été tués, même après que la rançon eut été payée.

J’en suis sorti traumatisé, nécessitant un soutien psychologique. J’ai aussi passé un peu de temps à l’hôpital.  Aujourd’hui, je suis toujours caché, pour des raisons de sécurité, et pour récupérer complètement. L’amour que j’ai reçu de ma famille, de mes amis et surtout de l’Église, a été énorme. Les attaques peules sont devenues très courantes dans l’État de Kaduna. C’est pourquoi j’appelle la communauté internationale à venir à notre secours.

Enlevés, portés disparus… on est sans nouvelle de ces missionnaires :

Tags:
enlevementnigeria
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement