Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 01 décembre |
Saint Eloi
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Haut-Karabakh : « Les Arméniens doivent cohabiter avec un voisin qui souhaite leur anéantissement »

Article réservé aux membres Aleteia Premium
WEB2-HAUT-KARABAKH-AFP-000_8V82AC.jpg

Alexander NEMENOV / AFP

Un village en flammes lors du conflit au Haut-Karabakh, novembre 2020.

Agnès Pinard Legry - publié le 09/11/21

Un an après la signature de l’accord de cessez-le-feu au Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, la situation demeure extrêmement instable. "Les Arméniens ont vécu le plus grave traumatisme depuis le génocide de 1915", explique à Aleteia Tigrane Yégavian, chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Entretien.

C’était il y a un an. Il a fallu trois tentatives de trêves pour qu’un cessez-le-feu soit conclu entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, dans la nuit du 9 au 10 novembre 2020, après près d’un mois et demi de conflit dans l’enclave du Haut-Karabakh, peuplée et défendue par les Arméniens. « Les Arméniens ont perdu 5.000 jeunes militaires de la classe d’âge 18-25 ans, il y a plusieurs dizaines de milliers de blessés graves et le territoire qu’ils contrôlaient en Artsakh a été amputé de 75% environ », détaille auprès d’Aleteia Tigrane Yégavian, chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) et auteur de l’ouvrage Minorités d’Orient, les oubliés de l’Histoire. « Ils doivent aujourd’hui s’habituer à cohabiter avec un voisin qui souhaite leur anéantissement. »

Aleteia : Un an après la signature de l’accord de cessez-le-feu entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, quelle est la situation au Haut-Karabakh ?
Tigrane Yégavian : Un an après le déclenchement de l’agression azérie, rien n’est réglé et la situation demeure extrêmement tendue sur le terrain. Certes l’Azerbaïdjan a remporté une victoire militaire sur le terrain en reprenant le contrôle sur les sept districts qui entouraient l’enclave arménienne, ainsi que la province de Hadrout et la ville ultra symbolique de Chuchi, l’ancienne capitale du Karabagh et réputée forteresse imprenable. En cela la République autoproclamée de l’Artsakh s’est retrouvée réduite à sa portion congrue. Mais elle continue d’exister grâce au concours de la Russie qui y déploie 2.000 soldats de maintien de la paix.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?.

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

220 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

220 monastères accueilleront vos intentions

et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
armenieAzerbaïdjanHaut-Karabakh
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement