Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 03 mars |
Saint Guénolé
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Pourquoi éditer une nouvelle traduction du Missel romain?

FR465362A.jpg

Pascal Deloche / Godong

Mathilde de Robien - publié le 27/10/21

La traduction actuelle du Missel romain remonte aux années 1970 et a seulement fait l'objet de mises à jour mineures depuis. Une nouvelle traduction s'imposait afin de "manifester l'unité du rite romain". Elle entrera en vigueur le dimanche 28 novembre prochain, premier jour de l’Avent.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

La traduction du Missel romain, le livre rassemblant toutes les prières récitées pendant la messe, n’a pas changé depuis cinquante ans, date de la première édition dite « typique ». Or la langue française, comme toute langue vivante, évolue au fil du temps. « La version initiale du Missel romain a été publiée en latin, le 3 avril 1969, suivant la constitution Missale Romanum du pape saint Paul VI », explique Bernadette Mélois, Directrice du Service national de la Pastorale liturgique et sacramentelle. Sa traduction en français intervient en 1970. La version initiale évolue à deux reprises, en 1975 et en 2002, et c’est cette dernière, la 3ème édition typique, qui a été traduite à nouveau, dans le but de se rapprocher au maximum du texte original latin.

« La promulgation d’une nouvelle édition du Missel romain, la troisième, offrait la possibilité de réaliser une nouvelle adaptation en langue française », précise Bernadette Mélois. « Nous ne sommes plus en 1970, le contexte a beaucoup changé ! […] Il était bon de reprendre cette traduction, non pas pour la réajuster mais en repartant de l’original latin, une manière de repartir du souffle de Vatican II », abonde Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.

Demeurer au plus près du texte original latin

Le grand défi des traducteurs des textes liturgiques ? Rester au plus près du texte latin, selon l’instruction Liturgiam authenticam (2001), tout en demeurant intelligible par les contemporains. « Les traductions doivent être dégagées de tout lien excessif par rapport aux manières modernes de s’exprimer et, en général, d’un ton à caractère psychologique. Des formes de type archaïques peuvent parfois se révéler appropriées à un vocabulaire proprement liturgique. (…) La traduction se caractérise comme un effort de collaboration visant à conserver la plus grande continuité possible entre l’original et le texte en langue vernaculaire », lit-on dans l’Instruction.

Un effort fourni pendant les 15 ans qu’aura duré le travail de traduction par la Comiro (Commission du Missel Romain) sous la direction de la Commission épiscopale Francophone pour les Traductions Liturgiques (CEFTL). Elle est publiée ce vendredi 29 octobre pour une entrée en vigueur le dimanche 28 novembre prochain, premier jour de l’Avent.

Tags:
LiturgieMesseMissel
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement