Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Saint Jean Paul II
Aleteia logo
home iconTribunes
line break icon

Au bout de la vie, rester humain

HANDS HOSPITAL

P.RAZZO I CIRIC

Juin 2013 : Une équipe de bénévoles (membres de L'ASP, Association pour le développement des Soins palliatifs) accompagne les malades en fin de vie dans l'Unité de Soins Palliatifs de l'Hôpital Saint Vincent de Paul (Groupement des Hôpitaux de l'Institut Catholique de Lille). Ici, Marie-Madeleine BOUTEILLER. Lille (59) France.

Blanche Streb - Publié le 11/10/21

Ce mardi 12 octobre, une proposition de loi visant à créer un droit de visite pour les personnes fragiles ou en fin de vie, est déposée au Sénat. Blanche Streb, directrice de la recherche d’Alliance Vita, rend hommage aux « gardiens d’humanité » qui refusent la mort des plus faibles dans la solitude et l’abandon.

On aime à dire que « l’humanité » est née avec l’ensevelissement des morts. Pas l’humanité au sens de l’ensemble des êtres humains, mais au sens moral du mot : « Traiter quelqu’un avec humanité ». C’est celui de la compassion, du devoir de prendre soin de ceux qui en ont besoin. Qui, plus que le défunt, se trouve ainsi confié, remis, à l’humanité d’autrui ? 

Ces précieux instants

Pendant la pandémie, des milliers de victimes sont mortes dans une solitude totale et dans des conditions indignes. Des portes de service sont devenues des portes de prison. Combien sont-ils, ceux qu’on a empêchés « d’être là », auprès de celui ou celle qu’ils aimaient, pour leur tenir la main, pour leur (re)donner des forces de vie ? Aussi vitaux soient-ils, les soins ne sont pas les seuls besoins. La présence. Les regards. Les mots échangés. Ces mystérieux et réels besoins de l’âme. Être là, aussi, pour recueillir le dernier souffle. Pour dire À Dieu. Comme ils sont précieux, ces derniers instants… Aucune administration arbitraire ne devrait jamais pouvoir les ravir. Comment des proches ne pourraient-ils pas, en responsabilité, appliquer les mêmes précautions que le personnel soignant ? Même l’adieu au visage fut volé à de nombreuses personnes, déchirées par le deuil subit de leur proche, mis en bière ou incinéré sans perdre un instant. Quelle violence. 

Une loi aurait une portée symbolique et permettrait de consacrer ce droit de visite comme un droit fondamental, vraiment appliqué.  

Depuis des mois, deux courageux petits soldats à l’origine d’un collectif refusent ce recul de civilisation. Grâce à eux, ce mardi 12 octobre arrive au Sénat une proposition de loi, présentée par Bruno Retailleau, tendant à créer un droit de visite pour les malades, les personnes âgées et handicapées. En arriver là, devoir ajouter à la pile innombrable des lois, ce qui constitue pourtant le plus basique des droits ? Malheureusement, le flou réglementaire et législatif prédomine aujourd’hui, ce qui fait le lit d’interprétation et de restrictions abusives. Une loi aurait une portée symbolique et permettrait de consacrer ce droit de visite comme un droit fondamental, vraiment appliqué.  

L’énergie de l’espoir

Laurent Frémont et Stéphanie Bataille portent le collectif Tenir ta main. Ils remuent ciel et terre pour alerter, témoigner, soutenir ceux qui ont traversé ces drames d’inhumanité en leur apportant une aide psychologique, juridique et matérielle. Une pétition. Des auditions. Et le recueil de milliers de témoignages poignants, auxquels Catherine Frot, Marie de Hennezel, Jacques Weber et tant d’autres prêtent leur voix, pour qu’ils ne s’enterrent pas. Parler d’énergie du désespoir ? Certainement pas. Parlons plutôt d’énergie de l’espoir, celui que personne n’ait plus jamais à vivre ça, à mourir comme ça. Espoir aussi de contribuer à améliorer le dialogue entre malades, proches et soignants. Pour le bien de tous. 

Quand la menace de perdre le sens de la mort, et donc de la vie, ruine une société, se lèvent toujours des gardiens d’humanité qui viennent ainsi questionner, comme le fit Orwell : « Et si le but poursuivi était, non de rester vivant, mais de rester humain ? » Merci, Tenir ta main

Tags:
humanitémaladesparlement
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
4
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
5
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement