Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 24 juillet |
Sainte Christine l'Admirable
home iconTribunes
line break icon

La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshonneur »

AFP / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE

6 avril 2021, le président turc Recep Tayyip Erdogan reçoit le président du Conseil Européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Ankara.

Mgr Benoist de Sinety - Publié le 11/04/21

En fermant les yeux sur nos petites complaisances avec le mal, on finit par déclencher des catastrophes.

Comment ne pas entendre surgie du fond de la mémoire d’un Occident moribond, cette phrase de Churchill, en regardant la photo désormais connue de tous, de la mascarade d’Istanbul ? Triste spectacle où deux hommes, le président turc et le président du Conseil européen, se gargarisent devant les photographes du monde entier tout en oubliant ostensiblement la place d’honneur qui revient à une femme, présidente de la Commission européenne, dont on peut penser ce qu’on veut mais qui demeure la représentante la plus officielle des Européens. En affichant aussi clairement sa soumission aux mœurs du président turc, l’ancien ministre belge n’a pas simplement affiché son manque d’éducation, il a acté le principe de la prééminence protocolaire de l’homme sur la femme. Prééminence, qui plus est, renforcée par le canapé où la dame fut priée de s’asseoir, tout en gardant un masque que les deux lascars barbus et moustachus ne se firent pas prier de retirer…

La Turquie se permet tout

Au regard de l’histoire du monde, tout cela peut paraître simple peccadille. Mais on aurait tort de ne voir dans tout cela qu’une mesquine querelle de protocole, lequel est depuis toujours la gestion des vanités. Car il y a bien plus qu’une petite bataille de préséances… Oui, tout cela serait anecdotique si l’évènement ne venait s’ajouter à des faits de plus en plus nombreux, conséquences d’une forme de chantage que la Turquie fait peser sur nos consciences depuis plus de cinq ans maintenant. Nous sommes devant le Grand Sultan comme des enfants, emplis de mauvaise conscience mais bien décidés à faire avec. À la clé, plus de trois millions de réfugiés qui demeurent parqués parfois dans des camps, parfois dans des quartiers. Syriens, Irakiens et sans doute quelques autres, retenus sur ces rivages par un maître chanteur qui monnaye chèrement notre tranquillité.

La Turquie peut aujourd’hui à peu près tout se permettre : mettre son peuple en coupe réglée, envoyer son armée commettre des actes de guerre contre des populations civiles, menacer la Marine française quand bon lui chante… Elle peut aussi décréter que l’ancienne basilique Sainte-Sophie devienne une mosquée : tout lui sera pardonné pourvu, oui pourvu, qu’elles n’ouvrent pas les herses de ses camps. Et dire qu’il s’en est fallu de peu pour que des brillants esprits ne proposent aux Libyens ou aux Tchadiens d’établir chez eux ce genre de mesure de confinement !

Nos petits arrangements

Que faire des situations qui nous dérangent ? Avouons-le humblement, il nous est difficile de ne pas chercher à les mettre, comme la poussière, sous le tapis. L’adolescent qui se voit intimer l’ordre de ranger sa chambre aura sans doute la tentation de camoufler sous son lit ou dans ses placards le barda qu’il ne veut ni plier ni classer. En vrac, et fermons les portes : les parents n’y verront que du feu ! L’adulte agira plus élégamment : en feignant de s’accommoder ou de ne pas voir ce qui dans sa propre existence n’est ni rangé ni propre. Comme si ne pas en parler ou faire comme si cela n’existait pas revenait à faire disparaître ce qui cause le mal.  C’est la logique du « Que voulez-vous, on ne peut pas faire autrement » à laquelle s’ajoute celle, plus cynique mais tout aussi courante du « On ne fait pas d’omelette sans casser les œufs ». Sauf que… sauf que non, ça ne marche pas comme cela. En tout cas, pas dans l’Évangile. On ne s’accommode pas du mal et la raison d’État ne saurait en aucun cas justifier ce que le sens commun ne peut admettre.

Et d’ailleurs, nous le savons bien, nous le pressentons en tout cas : ce qui est caché finit toujours par être révélé. Pas simplement au Ciel, mais ici sur cette terre. Pas simplement par la curiosité de quelques-uns mais parce que le mensonge ne l’emporte jamais sur la vérité ni la mort sur la vie. Et qu’un jour ou l’autre les petits arrangements des individus comme des peuples avec leur conscience finissent par provoquer des catastrophes pires que celles que l’on disait vouloir éviter.

Tags:
Turquie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
PASS SANITAIRE
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : une jauge de 50 personnes fixée dans les églises...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en oeuvre du pass sanitaire dans les lieux de cu...
4
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
5
WEB2-FAMILEO
Agnès Pinard Legry
L’incroyable succès de Famileo, la startup qui rapproche les fami...
6
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
7
MARIE MADELEINE MARSEILLE
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Comment Marie-Madeleine a débarqué et passé la fin de sa ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement