Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconCulture
line break icon

Vidéo : la formidable histoire du Suaire de Turin, le linceul qui a enveloppé le Christ

Timothée Dhellemmes - Publié le 02/04/21

Conservé à Turin, le Saint-Suaire est l'une des plus importantes reliques du Christ. Mentionné pour la première fois en 1357, il a longtemps été exposé en France, avant d’être transporté à Turin, où il est conservé depuis 1578. Au cours de son histoire, il a échappé à deux incendies.

Pour la deuxième année consécutive, le Saint-Suaire doit être exposé ce samedi 3 avril, au lendemain de la passion du Christ, à la cathédrale de Turin. Retransmise à la télévision, cette ostension est d’autant plus exceptionnelle qu’elle n’a d’ordinaire lieu qu’une fois tous les cinq ans. Avant celle de 2020, la dernière exposition publique du linceul remontait à 2015. Entre deux et trois millions de pèlerins et visiteurs étaient venues se recueillir devant la précieuse relique.

Si le Vatican ne s’est jamais officiellement prononcé sur l’authenticité de cette toile de lin, le pape François, comme nombre de ses prédécesseurs avant lui, était venu en personne la vénérer. Il l’avait alors qualifiée d’« icône », c’est-à-dire de représentation permettant aux croyants d’entrer en contact avec le mystère de la mort du Christ crucifié sur la Croix. « Dans le Suaire, l’Église catholique ne vénère pas un objet » rappelle régulièrement Mgr Nosiglia, archevêque de Turin.

Pour retracer l’histoire de cette relique extraordinaire, il faut remonter au XIVè siècle, lorsque Jeanne de Vergy, veuve de Geoffroy Ier de Charny, organisa l’ostension d’un linceul dans la collégiale de Lirey, en Champagne. C’est la première apparition historique de cette toile. Elle appartenait alors à la Maison royale de Savoie. Certaines thèses affirment qu’elle avait été ramenée en France par les croisés en 1204, suite au sac de Constantinople. Mais cela n’a jamais été prouvé historiquement.

Dans la nuit du 3 au 4 décembre 1532, alors que le Saint-Suaire était conservé dans la chapelle du château de Chambéry, il faillit disparaître une première fois, dans un violent incendie. Protégé par une grille et conservé dans un coffre d’argent, il fut troué par le métal brûlé. Ces brûlures symétriques permettent de savoir que le linceul était plié en 32 épaisseurs dans le reliquaire.

Réparé par les religieuses Clarisses de Chambéry, qui cousirent 22 pièces de tissu à l’emplacement des brûlures, le Saint-Suaire fût déplacé à plusieurs reprises, notamment à Nice pendant deux ans, avant de finalement atterrir à Turin, en 1578. Il devait y être vénéré par l’archevêque de Milan, saint Charles Borromée. Après avoir connu plusieurs installations provisoires, le linceul fut déposé dans la cathédrale et offert par la Maison de Savoie au Vatican, en 1983.

Pour un catholique, découvrir que le Suaire est un faux ne change rien.

Quelques années plus tard, une équipe de chercheurs établit à partir de datations au carbone 14 que le Saint-Suaire datait en réalité du Moyen-Âge, entre 1260 et 1390. C’était sans compter sur une autre étude, parue en 2013 et combinant de nouvelles méthodes chimiques et mécaniques, affirmant que le tissu date de 300 avant J-C, avec une imprécision de plus ou moins 400 ans. Il pourrait donc être contemporain de l’époque du Christ. Quels que soient les résultats des différentes études, l’Eglise se garde bien de confirmer ou infirmer l’authenticité du tissu. En revanche elle considère le Saint-Suaire comme un moyen pour les croyants de se rapprocher du mystère de la passion du Christ. « Pour un catholique, découvrir que le Suaire est un faux ne change rien », résumait Mgr Giacomo Biffi, archevêque de Bologne entre 1984 et 2003.

Lire aussi :
Tags:
passion du christSaint SuaireSamedi saintSemaine saintevidéo
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement