Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
home iconAu quotidien
line break icon

Quand la philosophie devient une alternative à la prépa

IPC

Agnès Pinard Legry - Publié le 05/03/21

L’IPC – Facultés Libres forme depuis plus de cinquante ans des générations d’étudiants grâce à la philosophie. Véritable socle d’une vie professionnelle, personnelle et sociale épanouie, cette formation est désormais présente dans trois nouvelles doubles licences.

Redoutée par certains élèves lors du baccalauréat, la philosophie est une matière décidément bien à part. Là où d’autres enseignements apportent des réponses techniques, la philosophie voit plus loin et pose des questions, elle pousse l’étudiant dans ses retranchements, l’interpelle et l’invite à interroger ce qui l’entoure. Créé en 1969, l’IPC – Facultés Libres, dont les portes ouvertes ont lieu ce samedi 13 mars, a fait le pari d’intégrer la philosophie dans la totalité de ses formations. « Se préparer à l’exercice des responsabilités c’est d’abord avoir le sens de la parole, d’une parole vraie », assure à Aleteia Emmanuel Brochier, le nouveau doyen et directeur de l’IPC. Entretien.

Aleteia : Quelle est la spécificité de l’IPC – Facultés Libres ?
Emmanuel Brochier :
La particularité de l’IPC – Facultés Libres est d’enseigner la philosophie dans toutes les formations qu’elle propose. Outre les licences de philosophie et de psychologie, nous avons aussi trois doubles-licences, philosophie-psychologie, philosophie-droit, philosophie-science politique, qui intègrent cette matière. Nous avons aussi une année d’orientation et de préformation aux métiers de l’éducation baptisée « Préfo », en partenariat avec la Fondation Apprentis d’Auteuil. Là encore parmi les matières enseignées dont la psychologie, les sciences humaines, les lettres et les arts, on retrouve la philosophie. Nous proposons aussi, dans le cadre de la prépa médecine du collège Stanislas, une formation « Médecine et philosophie » avec différentes disciplines de la philosophie telles que l’éthique, la philosophie des sciences, l’anthropologie, etc.


FIRST,DAY,COLLEGE

Lire aussi :
Votre enfant devient étudiant ? Confiez-le à l’un de ces saints

Trop souvent quand on pense à une licence de philosophie, on s’imagine qu’on va devenir professeur de philo…
Lors de la création de l’IPC – Facultés Libres en 1969 nous ne proposions que la philosophie mais avec l’idée que cela n’allait pas simplement mener à un diplôme en vue d’être professeur de philosophie mais qu’il s’agissait d’une discipline permettant à des jeunes de réfléchir et de se construire à un moment décisif de leur vie. C’est la même « philosophie », si je puis dire, qui anime aujourd’hui toutes nos formations ! Dans une lettre aux jeunes, saint Jean Paul II a rappelé qu’ils étaient auto-éducateurs. La jeunesse est un temps particulier : quand on est enfant, ce sont les parents qui sont responsables et lorsque l’on est adulte, on est éduqué. Mais les jeunes sont dans une phase d’auto éducation, ils sont responsables de leur propre éducation. En ce sens, la philosophie est un très grand service pour assumer la responsabilité de l’éducation. Il ne s’agit pas là de propos simplement théoriques, c’est l’expérience même de nos jeunes. Cette valeur ajoutée de la philosophie est rendue possible par le fait que nous avons des formations à entrée sélective, c’est-à-dire que les jeunes qui rejoignent l’IPC sont déjà engagés dans ce projet éducatif et voient la philosophie comme un outil de développement.

Les licences de l’IPC – Facultés Libres sont-elles des alternatives à la prépa ?
Ces formations sont très généralistes et mènent à beaucoup de choses parce qu’elles convoquent des disciplines extrêmement différentes. À la différence de la prépa, nous ne cherchons pas à préparer à des concours spécifiques mais à préparer les jeunes à l’exercice de leurs responsabilités. Nous voulons donner à nos étudiants le sens du discernement, de la responsabilité, de l’audace aussi, nous voulons leur donner les clefs pour prendre de bonnes décisions. À l’issue de nos licences, certains intègrent le programme Grande École des écoles de commerce (en admission parallèle), d’autres des écoles de communication, des masters de Ressources Humaines, des IAE, etc. Certains vont s’orienter vers les métiers de l’éducation. Les débouchés sont extrêmement variés car il existe maintenant beaucoup de passerelles à la sortie d’une licence. Ce qui est sûr, c’est que quel que soit le débouché, nos étudiants sortent avec une formation humaine intégrale.

Avoir le sens de la responsabilité c’est être au clair sur la question de la vérité.

À qui s’adressent vos formations ?
Les parcours atypiques sont de plus en plus recherchés. Notre formation s’adressent aux jeunes qui veulent faire la différence.

Que signifie se préparer à l’exercice des responsabilités ?
Cela signifie d’abord avoir le sens de la parole, d’une parole vraie, d’un discours qui n’est pas manipulateur. Et à l’inverse être capable d’en repérer un quand on en voit ! Avoir le sens de la responsabilité, c’est avoir le sens de la personne humaine mais aussi de la nature. C’est être capable de se demander ce qu’est une vie réussie, être capable d’avoir une réflexion en accord avec sa foi chrétienne mais sans s’appuyer uniquement sur celle-ci. Avoir le sens de la responsabilité c’est être au clair sur la question de la vérité.

C’est-à-dire ?
Il faut que chacun retrouve sa capacité à honorer la vérité malgré la complexité des situations. Cela ne va pas de soi mais c’est l’une des missions de la philosophie. Nous sommes dans une époque où le sens de la responsabilité s’étiole et l’un des rôles de la philosophie est de permettre à chacun d’avoir le courage et l’intelligence de redécouvrir cette dimension indispensable.

En partenariat avec

Tags:
enseignementformationphilosophie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
3
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
4
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
5
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
6
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
7
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement