Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 janvier |
Sainte Marguerite de Hongrie
home iconTribunes
line break icon

Pourquoi la bataille de la messe nous oblige

WEB2-RASSEMBLEMENT-RECONFINEMENT-AFP-080_HL_KPERONLEOUAY_1275527.jpg

Karine Péron Le Ouay / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Rassemblement devant la cathédrale de Versailles pour demander la reprise des messes publiques, le 15 novembre 2020.

Mgr Pierre-Antoine Bozo - Publié le 03/12/20

La liberté de la messe est une liberté sans équivalent, qui met en lumière les questions décisives qui se posent à l’humanité frappée par la pandémie. Pour l’évêque de Limoges, la bataille de la messe oblige. S’engager dans les pas du Christ, c’est s’engager dans le soin des autres.

Quelle étrange séquence pour les catholiques d’avoir à batailler avec les pouvoirs publics pour l’accès à la messe… Cette « bataille » s’inscrit elle-même au sein d’une autre, partagée avec tous nos citoyens, contre la Covid-19 et se trouve compliquée par des débats internes, parfois très âpres, entre catholiques sur la manière dont ces deux combats doivent s’articuler. La messe doit-elle être sacrifiée à la lutte contre la pandémie ou l’inverse ? Dit autrement et schématiquement, vaut-il mieux mourir de faim (« celui qui mange ce pain vivra à jamais » Jn 6, 58) ou de la Covid ? 

Un loisir dominical ?

On découvre alors que le débat interne aux catholiques recoupe en partie le débat avec les pouvoirs publics. Pour les croyants qui considèrent que la messe est un des modes de rencontre avec le Christ, possiblement suppléé par d’autres nourritures, la prudence et la charité imposent de renoncer sans bruit, momentanément, au précepte dominical. On y satisfera autrement. 


WEB2-RASSEMBLEMENT-MANIFESTATION-MESSE-AFP-000_8V99R4.jpg

Lire aussi :
La résistance des baptisés

C’est ainsi que pensent des gouvernants, probablement pas dénués de bonnes intentions à l’endroit des chrétiens, mais considérant la messe comme un loisir dominical, et ne pensant pas que sa privation momentanée soit un enjeu décisif au regard des problèmes du pays. Les mots de l’ancien ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, le 3 mai dernier, expliquant que « la prière n’a pas forcément besoin de lieu de rassemblement », résument cette vision. Dans un pays où domine une culture technoscientifique, hygiéniste, marchande, les religions demeurent un anachronisme avec lequel il faut bien composer, mais il y a des questions plus importantes à gérer en ces temps de crise que le prurit de rassemblement dominical des catholiques.

Une liberté qu’on ne peut comparer

Nous nous trouvons ad intra face à une question théologique et pastorale : La messe est-elle indispensable à la vie de foi ? Et, pour ce qui regarde le lien de l’Église avec le gouvernement et plus largement avec la société civile, nous sommes également face à un enjeu symbolique fort : La liberté de culte, qui inclut la liberté de rassemblement – il ne revient évidemment pas aux gouvernants de s’immiscer dans la question pastorale de la messe – peut-elle être restreinte pour un bien plus grand qui serait la santé des populations ? Est-elle donc un bien essentiel, puisque c’est ainsi que les autorités ont déterminé les lieux autorisés à rester ouverts ?

Cette liberté de culte n’est comparable à aucune liberté de consommer, de pratiquer des loisirs sportifs, des activités culturelles. Elle honore la dimension transcendante, spirituelle, de la personne humaine.

Nous pensons que cette liberté de culte n’est comparable à aucune liberté de consommer, de pratiquer des loisirs sportifs, des activités culturelles. Elle honore la dimension transcendante, spirituelle, de la personne humaine et revêt à ce titre le caractère d’une liberté fondamentale, reconnue – pour le moment – par le droit. À ce titre nous attendons qu’elle soit prise au sérieux par nos gouvernants. Il est gravement anormal d’apprendre par les médias, sans concertation préalable, sans aucun accusé de réception des propositions de protocole sanitaire fournis par la Conférence des évêques aux services du Premier ministre, que le culte restera fermé au public ou sera de manière absolument inintelligible limité à trente personnes.


WEB2-RASSEMBLEMENT-MANIFESTATION-MESSE-AFP-000_8V99R4.jpg

Lire aussi :
Relations Église-État : une nouvelle prise de conscience

Un enjeu d’humanité

Il faut donc nous battre avec détermination. Non pour obtenir que notre pré carré, nos petites habitudes ou nos quêtes soient préservés. Mais parce qu’il y a là un enjeu de vie chrétienne et un enjeu d’humanité fondamental. L’actuelle pandémie, qui conduisit à un premier confinement au Carême et au temps pascal, et à un second à la fin de notre année liturgique, où les lectures de la messe font entendre des textes apocalyptiques qui révèlent la caducité de ce monde, bien loin de reléguer le « culte » à un enjeu secondaire, met plutôt en lumière les questions décisives qui se posent à l’humanité. Elles ne sont pas que sanitaires ou économiques. Elles touchent le sens profond de l’existence et nos gouvernants n’ont ici pas beaucoup de réponse à proposer.

Une bataille qui oblige

Cette « bataille de la messe » nous oblige. Elle nous contraint d’abord à ne pas utiliser d’autres armes qu’évangéliques. La colère, la violence, la haine, le mépris, l’intolérance ne peuvent pas y avoir de place. Elle nous oblige puisque « revendiquer » la messe, c’est mesurer à quoi elle engage. Elle n’est destinée ni au confort de notre âme ni à nous rassurer à bon compte. Elle donne de devenir ce que nous recevons, le Corps du Christ. Elle engage donc à mettre nos pas dans les siens avec d’autant plus de ferveur que nous aurons mis d’énergie dans la bataille de la messe.

Mettre ses pas dans ceux du Christ, c’est forcément prendre soin des autres et donc, entre autres choses, ne pas négliger les moyens sanitaires qui confineront l’épidémie. Il ne s’agit pas de choisir la messe ou la lutte contre la Covid-19. Il s’agit de choisir la messe et (donc) la lutte contre la pandémie. 




Lire aussi :
Reprise des messes : César n’est pas Dieu

Tags:
CatholiqueConfinementFranceMesse
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
WOMAN,PRAYING,PRAYER
Claire Guigou
Six clés pour comprendre l'ouverture aux femm...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
Rachel Molinatti
La vidéo de ce couple d'octogénaires va faire...
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Comment faire renaître la flamme de l’amour d...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Rachel Molinatti
Neige à Madrid : il sculpte un immense Christ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement