Aleteia
Mardi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Art & Voyages

Quand les églises romanes de Corse se fondent dans le maquis

Claudine Levie et Philippe Deltour I Corse romane.eu

Elisabeth Bonnefoi - Publié le 04/10/20

La Corse s’est couverte d’un millier d’églises romanes à l’époque où elle était gouvernée par Pise. On en compte encore près de 300, souvent bien camouflées. Voici nos plus belles surprises.

En 1091, Le pape urbain II confie à Pise le gouvernement de la Corse. L’archevêque de Pise est chargé de rechristianiser l’île et de reconstruire des édifices religieux. Les bénédictins des abbayes toscanes et ligures en profitent pour acquérir des biens sur l’île. C’est une période de paix et de prospérité. Plus d’un millier d’églises romanes voient le jour en deux siècles (XIe-XIIIe), grâce à des maçons venus de Toscane. Il en reste encore près de 300, mais elles ne sont pas toujours faciles à trouver, car les églises romanes de Corse ne se trouvent pas au milieu des villages actuels, comme sur le continent. Elles ont été implantées aux croisements des chemins muletiers, aux franchissements des cols, pour que toute la population puisse s’y rendre à pied. En effet, elles desservaient des « piève ». Ce mot corse vient du latin plebs le peuple. Il pourrait se traduire par paroisse, mais il désignait plutôt une vallée ou un morceau de vallée.




Lire aussi :
Sur la trace des premiers chrétiens corses

Au Moyen Âge, la Corse comporte six évêchés et plus d’une centaine de piève qui sont à la fois des lieux de rassemblement des chrétiens et des lieux d’exercice du pouvoir civil. Dans cette île de montagne où les communications sont difficiles, l’évêque se faisait représenter par un prêtre piévan seul habilité à baptiser. En plus des églises piévanes, d’innombrables chapelles romanes servaient de lieux de prière au quotidien dans les campagnes. C’est pourquoi, en Corse, on voit de belles églises romanes isolées en pleine campagne, à l’écart des villages. Il faudra attendre la domination génoise (XIIIe-XVIIIe) pour voir s’élever des églises paroissiales sur la place des villages. Elles seront alors baroques.Il n’y a pratiquement pas eu de gothique en Corse. On est passé directement du roman tardif au baroque.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
corseÉglise
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Avion-chapelle
Agnès Pinard Legry
Aménagée dans un avion, cette chapelle est un...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement