Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 24 octobre |
Saint Florentin
Aleteia logo
home iconTribunes
line break icon

Dans le bruit de la ville, « que veux-tu que je fasse pour toi ? »

LOIC VENANCE / AFP

Père Benoist de Sinety - Publié le 20/09/20

Dans l’agitation de nos cités, la détresse des hommes passe de plus en plus inaperçue. La charité du Christ nous presse à aller au-devant des attentes de nos frères en danger.

Il me faut d’abord faire cette confidence : j’ai beaucoup de chances. Chance, par exemple, d’habiter au cœur de Paris du fait des missions que depuis quelques années j’ai reçues dans mon diocèse. Et c’est depuis ce bureau qu’en débutant cette chronique, je prends conscience d’une musique qui depuis plusieurs mois déjà occupe comme l’arrière-fond de ma vie quotidienne. Non qu’elle le rythme mais bien qu’elle l’occupe : incessante, permanente, lancinante et sans doute, inconsciemment, fatigante. Cette musique est composée de deux ou trois notes selon les cas et les types de véhicules d’urgence qui l’émettent. Les sirènes d’ambulance, de police, de pompiers ne s’interrompent plus jamais, volant au secours et signalant l’urgence impérieuse d’une vie en danger.

Ces sirènes inaperçues

Elles sont, ces sirènes, une partie intégrante d’un « paysage sonore » que l’on croyait il y a encore quelques temps, réservé à New York par exemple. Elles y disent l’angoisse des hommes et quelque part aussi leurs solitudes. Elles y révèlent bien sûr l’attention au prochain et l’ingéniosité incroyable que celle-ci déploie et organise d’année en année. Au risque de passer inaperçues : lorsque j’étais enfant je me souviens de ma grand-mère me disant, lorsqu’au feu passait en trombe une ambulance, qu’il fallait prier pour le malade qu’elle secourait. Et ainsi devant les camions rouges de pompiers allant lutter contre le feu ou les voitures bleues des policiers… 

En entendant depuis des mois, les responsables de tous poils nous prédire la catastrophe économique imminente, à force d’être bombardés de chiffres et de statistiques, nous risquons de ne plus entendre le cri de nos frères, ni voir leurs mains tendues.

Mais aujourd’hui, ce ballet ininterrompu, pollué dans sa dignité par des véhicules « officiels » qui vous relèguent sans ménagement à coups de pieds dans vos portières de la part des motards qu’ils escortent, oui, aujourd’hui, ce ballet est si permanent qu’il ne surprend plus et pour ainsi dire ne provoque plus d’émotion particulière sinon une forme de fatigue devant un bruit stressant.

Dans l’abrutissement général

Et cela dit bien le danger que nous courons : en entendant depuis des mois, les responsables de tous poils nous prédire la catastrophe économique imminente, à force d’être bombardés de chiffres et de statistiques, nous risquons de ne plus entendre le cri de nos frères, ni voir leurs mains tendues. Comment le pourrions-nous d’ailleurs puisque ce cri, ces mains, sont remplacés par les sirènes d’alarmes de nos « prédictologues » et de nos statisticiens. « On aura des foules de chômeurs », « des secteurs entiers de l’économie vont sombrer », « une récession sans précédent va s’abattre sur nous »… autant de mots qui ne disent rien mais qui participent de l’abrutissement général. Autant de mots qui sèment le trouble dans les cœurs qui les entendent et y tiennent du coup la place des visages de ceux qui ont vraiment besoin de nous. 


FRANCE MIGRANTS Saint Denis

Lire aussi :
Quand le cri de la vie épouse le cri des pauvres

Aller au-devant de ses frères

Il me semble que le baptisé n’est pas celui qui doit faire hurler l’alarme plus haut que les autres, mais qu’il doit être plutôt celui qui se rend au-devant de ses frères en leur posant la question que le Christ ne cesse de nous poser et dont il nous rend responsables dans le monde : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Aux sirènes morbides de nos villes, substituons l’action humble et discrète d’une Charité qui ne s’impose pas mais qui cherche à rencontrer les attentes des hommes.

Certains répondront « que je mange », d’autres « que je travaille », d’autres encore « que je sois libéré des liens qui m’oppressent » ou aussi « que je voie ». En d’autres termes, ils déclinent la demande essentielle « que je vive ». Alors nous pourrons tout mettre en œuvre pour répondre, au nom du Christ, à leurs attentes : nourriture, soutien à la recherche d’emploi, construction d’un monde plus juste, tourner leurs regards vers Celui qui est la vraie Lumière. Alors nous pourrons être pour eux porteurs d’une vie qui nous dépasse car nous ne l’avons que reçue, mais dont nous connaissons l’origine et dont nous espérons l’accomplissement. Aux sirènes morbides de nos villes, substituons l’action humble et discrète d’une Charité qui ne s’impose pas mais qui cherche à rencontrer les attentes des hommes, leur révélant ainsi de quel Amour ils sont aimables.

Tags:
Coronavirussolidarite
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
3
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
4
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
5
La rédaction d'Aleteia
[VIDEO] Un jeune enfant handicapé monte au côté du Pape au début ...
6
Portrait of Isabelle Guizard
Marzena Devoud
Isabelle a mis des couleurs sur le deuil de son bébé
7
BENEDYKT XVI O KAPŁAŃSTWIE
Camille Dalmas
L’émouvante lettre envoyée par Benoît XVI pour le décès de son me...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement