Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 17 avril |
Sainte Kateri Tekakwitha
Aleteia logo
Perles du Web
separateurCreated with Sketch.

Des traces de vie sur Vénus ? La preuve que Dieu est plus grand que nous le pensons !

WEB3-VENUS-UV-CLOUDS-NASA-ESA-Space-Telescope-Science-Institute.jpg

Timothée Dhellemmes - publié le 17/09/20

Une équipe de scientifiques anglo-américains a récemment affirmé que l’atmosphère de Vénus pouvait contenir une forme de vie. Cette révélation pourrait-elle s’avérer troublante pour les catholiques ? Pas du tout, à en croire le père Guy Consolmagno, directeur de l’Observatoire astronomique du Vatican.

Et s’il y avait de la vie sur Vénus ? C’est ce que laisse entendre les conclusions d’une étude menée par équipe de scientifiques anglo-américains rendue publique lundi. Membres de l’université de Manchester, de Cardiff et du Massachusetts Institute of Technology, ils assurent avoir détecté la présence d’un gaz rare, de la phosphine, dans les couches nuageuses de Vénus. Or d’après eux, seul un organisme vivant est en mesure de produire ce gaz. Son origine biologique.

Cette révélation a beaucoup fait réagir dans le monde de l’astronomie tout au long de la semaine, et de nombreux spécialistes invitent à rester prudents à ce stade. C’est notamment le cas du prêtre jésuite Guy Consolmagno, directeur de l’Observatoire astronomique du Vatican.

C’est peut-être une bonne chose que de telles recherches rappellent aux humains qu’il faut arrêter de rendre Dieu plus petit qu’il ne l’est réellement.

Au média catholique Crux il a souligné comment “les scientifiques qui ont fait la découverte sont eux-mêmes très, très prudents”. “C’est intrigant et cela mérite une étude plus approfondie avant de commencer à spéculer sur ce sujet”, a-t-il ajouté. Interrogé sur la manière dont les catholiques pouvaient accueillir cette hypothèse de traces de vie sur Vénus, le père Guy Consolmagno a répondu avec un brin d’ironie : “C’est peut-être une bonne chose que de telles recherches rappellent aux humains qu’il faut arrêter de rendre Dieu plus petit qu’il ne l’est réellement !”

Et de conclure : “D’ailleurs, l’existence d’autres êtres humains ne signifie pas que Dieu ne nous aime pas (…). Dieu nous aime tous, individuellement, uniquement, complètement. Il peut faire cela parce qu’il est Dieu… c’est ce que signifie être infini.”


GUY CONSOLMAGNO

Lire aussi :
À la rencontre de l’astronome du Vatican

Tags:
astronomierechercheVatican
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement