Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Les chrétiens n’ont pas toujours été appelés « chrétiens »

Partager

Le saviez-vous ? Le mot “chrétien” n’est employé que trois fois dans le Nouveau Testament. Et à ses débuts, ce n’était pas le terme utilisé pour définir cette communauté.

Les premiers membres de l’Église n’utilisaient pas le terme « chrétiens » pour désigner les membres de leur communauté. Alors d’où vient-il ? Selon le Nouveau Testament, il semblerait que nos prédécesseurs préféraient se faire appeler « saints ». Il faut savoir que dans le grec ancien, le mots « saint » ou hagios a une définition légèrement différente de celle que l’on emploie aujourd’hui. Hagios signifie simplement « consacré à Dieu ». Le fait que ce terme apparaît toujours au pluriel dans le Nouveau Testament, montre d’ailleurs que les premiers chrétiens se voyaient déjà comme une communauté unie et harmonieuse au service de Dieu.

Selon le Livre des Actes des Apôtres (11-26), les premiers membres de l’Église furent pour la première fois appelés « chrétiens » à Antioche. Le noms apparaît encore deux fois dans le Nouveau Testament. D’abord dans les Actes (26-28), et ensuite dans Pierre (4-6). Il n’y a pas de détails donnés sur la façon dont ce nom est apparu. Après que Barnabé est amené Paul à la ville où ils ont instruit les disciples durant un an, il est simplement dit « Et c’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de chrétiens”.

Une chose est sûre, l’apparition du terme pour pouvoir désigner les chrétiens d’Antioche, montre que la mission des apôtres a porté ses fruits. Tandis que certains chercheurs considèrent qu’à son origine, le nom « chrétien » était employé comme un terme péjoratif, il semblerait qu’il n’était qu’un simple moyen de créer une distinction entre les juifs et cette nouvelle communauté, car cette dernière comptait déjà beaucoup de non-juifs d’Antioche. Selon John W. Martens, professeur agrégé de théologie et spécialiste du christianisme primitif, ces « chrétiens » représentaient « une nouvelle position du judaïsme par rapport à l’identité du Messie, et à l’inclusion des non-juifs dans la communauté, mais cela ne veut pas dire que les juifs, ou eux-même, considéraient que “les chrétiens” ne faisaient plus partie de la communauté juive”.

Dans une ville cosmopolite comme Antioche, où des gens des quatre coins de l’Empire romain vivaient déjà ensemble, l’Église grandissante semble avoir grandement influencé la notion de communauté en rassemblant juifs et non-juif dans la sienne.